Partielle au No 18… Une sanction s’impose contre l’alliance Voice of Hindu/Parti Travailliste



Il fallait s’y attendre mais nous avons tendance ici, à Maurice, à oublier bien vite les faits et gestes de nos politiciens. Cette semaine, dans un vent de panique, le candidat du Parti Travailliste à l’élection partielle au No18 (Quatre-Bornes/Belle-Rose) n’a eu d’autre choix que de se dévoiler. Les masques sont tombés et il est mieux ainsi que l’électorat sait à quoi s’attendre.

Depuis le début de la campagne ils ont beaucoup tergiversé mais devant l’urgence de la situation, ils ont été forcés de se dévoiler dans une énième tentative de sauver les meubles. Ainsi, mardi dernier à La Source, l’alliance naturelle entre le Parti Travailliste et Voice of Hindu a refait surface.

Lors d’un congrès au domicile de Deepak Aubeeluck, un des cadres de la Voice of Hindu, l’état-major des rouges était présent au complet. Navin Ramgoolam y était également attendu mais il a eu un empêchement de dernière minute. C’est dire l’importance qu’accorde le Parti Travailliste à sa relation avec la Voice of Hindu.

Voice of Hindu, il faut bien que tout le monde le sache, ce sont toutes les dérives en matière de division communale. Il y a aussi Proguard, la cellule sécurité de Voice of Hindu, qui avait obtenu un contrat sans appel d’offres pour la gestion des ‘speed cameras’ à travers le pays sous le ministère des Infrastructures Publiques de l’ère Anil Bachoo.

Aujourd’hui, le fait qu’Arvin Boolell choisisse ouvertement de se jeter aux pieds de Voice of Hindu pour sauver sa campagne est très révélateur. La campagne d’Arvin Boolell n’a jamais vraiment décollé. La population n’ayant pas oublié les frasques du Parti Travailliste pendant les neuf années de règne de Navin Ramgoolam à la tête du gouvernement et surtout les incartades de ce dernier qui se retrouve aujourd’hui empêtré dans plusieurs affaires de justice allant de la corruption au blanchiment d’argent ou encore de complot pour pervertir le cours de la justice.

Sur le terrain Arvin Boolell a eu toutes les peines du monde pour se démarquer de Navin Ramgoolam. Le fameux slogan de Deven T du Mauricien ‘Un vote pour macaroni égale un vote pour Macarena’ ayant fait mouche, Arvin Boolell a pris beaucoup de temps pour essayer de faire comprendre qu’il y a une différence entre lui et son leader.

Toutefois, plusieurs déclarations de Navin Ramgoolam, à l’effet que s’il ne descend pas sur le terrain, Arvin Boolell mordra la poussière, n’ont fait qu’empirer les choses. L’électorat de Quatre-Bornes/Belle-Rose, très avisé, a vite compris que même s’il était élu Arvin Boolell ne serait qu’un pantin, voir une ‘poupet dookhia’, entre les mains de Navin Ramgoolam.

Toutes ces raisons expliquent que les rouges ont été pris de panique la semaine dernière. Lors des exercices de porte-à-porte, bien souvent les gens ne voulaient pas sortir de leur maison ou de leur cour pour écouter les agents et autres anciens ministres rouges. Lors d’un congrès à la route Boundary, il y a quelques jours, Arvin Boolell a dû s’adresser à uniquement cinq personnes. Le congrès a débuté à 19 heures pour prendre fin 15 minutes après.

Voilà la raison pour laquelle, mardi dernier, tout le gratin du Parti Travailliste n’a eu d’autre alternative que de s’afficher ouvertement avec les dirigeants de Voice of Hindu. Il s’agit là d’une tentative désespérée pour essayer de créer une tension et une division communale dans la circonscription avec l’espoir que cela mobilisera toutes les voix de la communauté hindoue en faveur d’Arvin Boolell.

Le stratagème du bon docteur est douteux, inacceptable et voué à l’échec. Il faut le dénoncer et nous sommes certains que les électeurs de Quatre-Bornes/Belle-Rose prendront bonne note de la situation et la bonne décision le 17 décembre. Les jeunes doivent sanctionner Arvin Boolell pour sa tentative de réveiller le démon communal pour ses intérêts personnels.

N’oublions pas également que le sieur Paul Raymond Bérenger, alors Premier ministre, avait déroulé le tapis rouge pour accueillir ce groupuscule à l’hôtel du gouvernement. Tout comme on n’oublie pas également la descente de ce groupuscule à Air Mauritius dans les années 1996-1997 sous le règne de Navin Ramgoolam.

Un groupuscule tel que Voice of Hindu n’a rien à faire dans le cadre d’une élection. Que se passera-t-il si tous les groupes sectaires et communaux décident d’emboiter le pas à Voice of Hindu pour soutenir tel ou tel candidat ? Étant donné que c’est Arvin Boolell qui a encouragé cela, il faut le sanctionner.    

Terra Del Fuego

Posted by on Dec 6 2017. Filed under Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.