Editorial…Deepwater Horizon pour l’Opposition



Il n’y aura pas de gagnant à la partielle du No 18 qui se joue ce dimanche. C’est un suicide collectif auquel se dirige l’opposition parlementaire et extra-parlementaire. C’est une joute où le meilleur ou la meilleure candidate risque de ne pas être élu. Une élection qui mettra en lumière sans doute les incohérences du système électoral mauricien.

Serait-ce l’affaire d’une personne forcée à quitter manu militari, par des bouncers s’il vous plaît, le square Guy Rozemont, le leadership du parti auquel il aspirait pour faire de la place à Navin Ramgoolam? Va-t-on en ce bas monde soutirer ce dernier, ses errances et ses marchandes de cotomili? Ou serait-ce désormais la chance au clan papa-tifille où nous retrouvons les Nita Juddoo/Ramduth Jaddoo avant de goûter à la sauce Joanna et Paul Bérenger plus devant? Que vaut Dhanesh Maraye? Mais retenons quand même la superbe campagne de Tania Diolle. Roshi Badhain est une sorte de ballon de sonde qui n’a pas un grand avenir sur le plan national.

Dans ce décor, l’on se retrouve avec une opposition qui, à en croire le dernier sondage de DCDM Research que nous avons publié, peine à convaincre la population sur sa démarche dans la maison du peuple. L’Opposition parlementaire est jugée peu convaincante. De ce fait, nous ne sommes pas surpris de voir que la popularité du Chef du gouvernement, Pravind Jugnauth, est en hausse malgré un parcours extrêmement difficile.

La semaine dernière, il a répondu sèchement à l’Opposition en ces termes : « Zot dire mo pas pou là, mais mo déza là ». Comme pour expliquer que pendant que le MMM, le PMSD et le Parti Travailliste se cherchent toujours, lui a pris une nouvelle dimension. Celle d’être transcendant dans l’action. Il ne se soucie guère des palabres, des gesticulations des tonneaux vides de l’Opposition mais multiplie ses actions sur le plan social, économique et politique. Tout en piégeant ses adversaires, comme il les a envoyés balader dans les rues de Belle-Rose/Quatre-Bornes.  La preuve, c’est de voir Showkutally Soodhun trôner royalement au Parlement mardi dernier, après avoir sauvé le pays du désastre dans lequel Vickram Bhunjun et ses acolytes voulaient nous mettre.

Peu importe les résultats du scrutin au No 18, cela ne changera pas la donne politique. La route pour l’hôtel du gouvernement est déjà très longue pour Navin Ramgoolam ou Paul Bérenger encore moins pour Xavier-Luc Duval. Chacun devra prendre ses responsabilités. Nous ne sommes pas en 2003 quand Rajesh Bhagwan et Paul Bérenger multipliaient les erreurs politiques pour faire perdre la partielle du No 7 au gouvernement.

Aujourd’hui, Pravind Jugnauth is in the Seat of Power. Il dirige son gouvernement d’une main de fer et n’hésite pas à sanctionner ceux qui abusent de sa confiance et n’honorent pas leurs engagements. Il sera dans n’importe quelle équation pour 2019.  Qui aura plus de crédibilité, lui ou Navin Ramgoolam? La question ne se pose même pas. Au No 5, cette semaine, les agents ont fêté les trois ans de la chute de celui qui était jadis leur Ram…Ils ont par la même occasion souhaité bonne chance à ceux, notamment au No 10, qui veulent tenter l’aventure de Navinchandra après plusieurs années de calvaire. La preuve c’est qu’il ne passera jamais dans les régions de Baie du Tombeau, de Pointe aux Piments et ailleurs.

Qu’a-t-il fait pour punir ceux qui avaient incendié les maisons de Cité Sainte Claire à Goodlands et Cité Mère Teresa à Triolet dans sa propre circonscription? Peut-il demander l’aide de la Voice of Hindu pour élucider ces affaires? Ramgoolam c’est une histoire qui ne revivra pas. N’en déplaise à Lormesh Bundhoo, Jeetah et autres Baichoo.

Aujourd’hui, l’avenir se nomme Pravind Jugnauth. Lui, ne joue pas son destin au No 18. Il est au bâtiment du Trésor et trace chaque jour un peu plus un destin propre et digne pour la population. C’est pourquoi nous le disons que cette joute électorale n’a pas d’enjeu. Elle sera le Waterloo de l’Opposition. Non plutôt leur Deepwater Horizon*. Malheur aux perdants!

Tandis que les rescapés seront marqués par des séquelles à vie!

Jimmy Jean-Louis

CEO  LE XOURNAL

*Deepwater Horizon était une plate-forme pétrolière louée par la compagnie pétrolière britannique BP pour forer dans le golfe du Mexique (dans la Zone Économique Exclusive des États-Unis) le puits le plus profond jamais creusé en offshore. Elle explose le 20 avril 2010 en tuant 11 personnes, générant un incendie, puis une marée noire de grande envergure. Le désastre écologique est sans précédent aux États-Unis: on estime le volume de pétrole répandu à 4,9 millions de barils, soit 780 millions de litres.

 

 

Posted by on Dec 15 2017. Filed under En Direct, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.