Au No 18…Attentes infernales pour les candidats et abstention record comme un désaveu pour l’Opposition…Des résultats serrés attendus avant midi



Qui a gagné la partielle? Aucun mouvement des candidats d’hier n’a pu apporter une réponse à cela. La prudence est donc de mise ce lundi. Déjà les quelques 45% des électeurs qui ont boudé la joute d’hier donnent raison à Le Xournal qui a parlé d’un essoufflement de la classe politique. Cela s’est confirmé par le très lent mouvement de vote depuis l’ouverture des centres de vote dimanche matin.

C’est donc sans surprise que seulement 23 112 des 42 052 électeurs inscrits à la commission électorale qui se sont déplacés. Soit un taux de participation de 54,96 %. Les 90 urnes ont été transportées vers le centre principal soit la Sodnac SSS et placés sous scellées. Les officiers de la Special Mobile Force de même que les night agents ont assuré la sécurité du centre. Le dépouillement aura lieu ce lundi 18 décembre.

Certes il n’y a pas de grand incident à déplorer. A part un accrochage entre Rajesh Bhagawan du MMM et Rajesh Jeetah du Parti Travailliste mais également avec Anil Baichoo. De plus, certains électeurs n’ont pu accomplir leurs devoirs civiques car leurs noms ne figurent plus sur le registre électorale ou le centre de vote vers lequel ils étaient dirigés.

Comment en sommes-nous arrivés là?

La panique, la xénophobie et la peur d’une défaite cuisante ont déjà gagné les divers partis de l’opposition. Une opposition divisée depuis 1948-53, instable depuis 1967 et plus que jamais en manque de programme et propositions sérieuses. Même celle issue des élections de 1982 était certes faible, mais bien plus loyale et crédible. Par contre, celle qu’on a depuis les législatives de 2014, est, ce que les prophètes de malheur pourraient appeler « un signe de la fin du temps ».

Le peuple leur a déjà tourné le dos

Depuis plus d’un mois, les candidats, surtout ceux qui vocifèrent contre l’actuel gouvernement, qui a clairement fait comprendre qu’il ne s’intéresse qu’à l’avancement du pays et qu’un siège bêtement délaissé ne saurait l’arrêter, ni le freiner dans sa mission. Arguments faibles, du réchauffé à gogo, tentative d’intimidation, voire trafic d’influence et manque des projets, n’ont jamais aidé les quelques 42 000 votants dans leur choix.

« Depuis 1967, je n’ai jamais vu une classe des politiciens de l’opposition aussi fébrile, incapable et mesquine. On a connu un des colosses comme Jules Koenig, Paul Bérenger, Gaëtan Duval et des non moins capables, comme Maurice Lesage, Michaël Glover, Anil Gayan et Dev Virahsawmy. Mais là, c’est de la pure démagogie », nous a déclaré S.G, natif du vieux Quatre-Bornes, et ancien fonctionnaire ayant travaillé sous au moins quatre Premier ministres.

Battue, peu importe l’issue

Ainsi, comme victoire et défaite ne changera absolument rien dans le décor politique, quelque part enlaidi par une opposition burlesque, peu importe qui gagne cette partielle, il y en a qui y laisseront des plumes. « L’élu, le sera par défaut. C’est comme deux équipes de la D4 anglaises qui se disputent un match. Aussi piètres sont-elles, une en sortira gagnante. C’est un peu la logique de cette élection-pertes-des-temps », nous dit un enseignant de Palma.

***

Pas d’élections générales

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth a été catégorique :« Il n’y aura pas d’élections générales. Nous irons jusqu’au bout de notre mandat ».

Donc ce vilain rôle de l’abstention ne vient pas arranger les choses pour l’Opposition. C’est pourquoi Ivan Collendavelloo, le Premier ministre par intérim, a soutenu que l’électorat rejette l’opposition. Ajay Gunness, secrétaire-général des mauves parle d’un désintérêt des électeurs. De son côté, Alan Ganoo affirme qu’un match entre les partis de l’opposition ne suscite pas d’intérêt. Tandis que Navin Ramgoolam estime que les gens croient qu’une partielle n’est pas importante.

Voici ce qu’en pense l’éditorialiste François Ecroignard sur sa page Facebook : «   À la fermeture des bureaux de vote la confiance était dans le camp du MMM et le doute dans celui du Parti Travailliste. D’après mon expérience le MMM a remporté cette élection même s’il n’y a pas de quoi pavoiser vu le fort taux d’abstention. Les autres n’ont pas démérité ! Bravo pour avoir tenu tête aux grosses pointures. Zordi activistes ti plis ki électeurs! Mo ti dire ki parti ki pou réussi mobilise so banes électeurs jour élections pou remporte la victoire ! Banes partis traditionnels vraiment essoufflé. Tout est à revoir dans zot stratégie ek façon faire politique. »

Jimmy Jean-Louis

CEO LE XOURNAL

www.minorityvoice.info

Posted by on Dec 18 2017. Filed under Actualités, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.