Analyse de la partielle au No 18



Aucun Labour Revival…décembre 2014 Nita Deerpalsingh perd avec 11 368 votes; décembre 2017 Arvin Boolell élu avec 7990 votes

  • Non seulement le PTR ne progresse pas, mais il ne dépasse pas la barre des 35% des suffrages.
  • Les autres forces politiques en perdition
  • Les minorités, dont les créoles, ont boudé les urnes.
  • Arvin Boolell bénéficié du vote ethno-castéiste des Baboojee-Maraze.
  • Roshi Badhain est responsable d’avoir une seconde vie politique à Ramgoolam et au Parti Travailliste.

 

  • Seul Collendavelloo peut sauver les militants.

 

  • Celui qui n’a pas participé à la joute électorale ne peut pas l’avoir perdu.

 

  • La classe populaire, les jeunes et les quartiers pauvres ne se sont pas mobilisés.

Excès de confiance et triomphaliste avant l’heure ont plombé la campagne du MMM. Les mauves ont crié victoire trop tôt. Alors que le Parti Travailliste n’a pas cessé de labourer le terrain comme en témoigne la progression du taux de participation entre 15h00 et 18h00. Cette victoire est lourde de sens pour les différents camps politiques.

Il ne faut pas faire l’amalgame, comme les analyses infectes de l’Express de la défaite des partis qui y ont participé et celui du gouvernement qui n’a pas lui pris part à la partielle. Les observateurs se sont rués en annonçant par exemple que le Sun Trust est ébranlé. Mais il ne faut pas confondre entre « cause for concern » et défaite électorale. Car il n’y a rien de sorcier dans ce qui s’est passé à Belle-Rose/Quatre-Bornes.  Presque un électeur sur deux ne s’est pas rendu aux urnes. De ce fait, le gagnant, le Dr Arvin Boolell n’a eu besoin que de 35% pour se faire élire. Cela face à une opposition amorphe composé du MMM à 14.33%, du Reform Party à 12.80% et le PMSD qui ne dépasse pas les barres de 9.74%, insuffisant pour sauver sa caution électorale. Retourner dans l’autre sens, cela fait 65% qui ont voté contre Arvin Boolell.

Dans cette circonscription qui a toujours voté en faveur de Kailash Ruhee, Sushil Kushiram, Anil Gayan, Nita Deerpalsingh, et autres Roshi Badhain, il fallait s’y attendre à la victoire du Dr Arvin Boolell. Pourquoi? Simplement parce qu’il était le meilleur représentant de cette caste loin devant l’inconnue Nita Juddoo. Quel aurait été le résultat avec la présence de Vijay Makhan et l’aide d’Harish Boodhoo derrière. On ne le sait pas.

Cependant, il ne faut pas oublier certains faits et certains chiffres. Ne parlons surtout pas de Labour Revival comme l’intox que veut vendre les acolytes du PTR. En décembre 2014 Nita Deerpalsingh perd avec 11 368 votes. En décembre 2017 Arvin Boolell élu avec 7990 votes. Ce qui est nettement moins ce que les rouges avaient récolté auparavant. Non seulement le PTR ne progresse pas, mais il ne dépasse pas la barre des 35% des suffrages. Alors que les minorités, dont les créoles, ont boudé les urnes.

Dans cette circonscription c’est le déclin de la classe politique qui est confirmé. Le MMM et le PMSD sont nettement battus. Le Parti Travailliste n’améliore pas son score. Jack Bizlall reste à la hauteur de ses précédentes performances soit 11% de l’électorat, Tandis que le MP gagne 7% en sept semaines de campagne. Il n’y a plus de base communicante entre l’électorat et les partis traditionnels qui confirment leurs essoufflements.

Toutefois aujourd’hui, le leader du Reform Party doit réfléchir à son avenir politique. Personne ne le cautionnera dans le futur. Son immaturité politique a permis à Navin Ramgoolam d’obtenir une bouffée d’air frais et de faire un comeback politique inespéré.  Idem pour les dinosaures comme Rajesh Jeetah, Anil Bachoo, Ah Fat Lang Hing Choy et autre Lormus Bundhoo. Arvin Boolell ne doit pas être dupe. Ce message de l’électorat quatre-bornais est surtout pour l’inciter à revendiquer légitimement le leadership. Ce n’est pas un vote de soutien à Navin Ramgoolam. L’électorat attend que le fils de Sir Satcam se montre ferme à ce sujet.

Aujourd’hui, il faut s’interroger sur le MMM. Ce parti dont les gesticulations au parlement avec « geste pe touille connaissance » ne se traduit pas la réalité. La vérité c’est que la performance de l’Opposition est sujet peu convaincante. Le MMM est en fin de parcours. Un parti politique ne peut pas collectionner les défaites électorales et affirmer être toujours « plus fort que jamais ».  A moins d’une action entreprise par Ivan Collendavelloo pour recoller les militants au sein d’une seule entité, on voit mal les mauves reprendre du poil la bête.

Nous avions un rêve en décembre 2014 de nettoyer, guérir et soigner notre pays. A la veille de 2018, nous n’avons changé de trajectoire ou d’ambition. Ce n’est pas maintenant que nous allons soutirer l’industrie de la pourriture pour reprendre le pays. Nous n’allons pas également demander à ceux qui prônent le libéralisme économique de venir arracher le pain dans la bouche de nos enfants à l’heure où la compensation salariale est de Rs 360, où le salaire minimal passe à Rs 9 000 et où le Negative Income Tax est une réalité.

Il y a une grosse démarche communale comme en 2005 pour empoisonner l’esprit de la population dans les régions rurales. Mais nous ne céderons pas à ces chantages odieux. Cela me rappelle une lettre que Ty’Sheoma Bethea, une jeune fille, avait écrit au président Barack Obama pour lui demander d’améliorer les infrastructures de son école. “We are just students trying to become lawyers, doctors, congressmen like yourself, and one day president, so we can make a change to not just the state of South Carolina, but also the world. We are not quitters.”  

C’est ces mots que nous devons retenir.  “It was great to hear the president say my quote,” Bethea said Wednesday. “We are not quitters because anything is possible, and I don’t think we should give up so easily. We should work harder for it.”

Osons espérer un sursaut patriotique pour barrer la route à l’industrie de la pourriture.

Jimmy Jean-Louis

 

Posted by on Dec 23 2017. Filed under Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.