Lindsey Collen : « Ramgoolam bizin step down en faveur Boolell”



Fine intellectuelle, irréductible féministe, Mauricienne engagée, Lindsey Collen est parmi les observatrices les plus avisées de la chose politique du pays. Cela depuis les années dites « de braise », qui ont marqué une révolution culturelle et sociale du pays. C’est avec recul, en toute lucidité, beaucoup de franc-parler et rempli de pertinence que l’originaire de l’Afrique du Sud, a répondu à nos questions. Elle revient sur la partielle de Belle-Rose/Quatre-Bornes, le rapport de force sur l’échiquier politique, les élections générales de 2019 et la légitimité de Navin Ramgoolam, de demeurer leader des rouges, face à un Arvin Boolell en pleine montée en puissance.

Lindsey Collen, quelle lecture faites-vous, de la récente élection partielle tenue au numéro 18?

Faute d’un véritable enjeu politique, on a eu une absence record. La non-participation des partis gouvernants, soit le MSM et le ML a donné un non-sens à cette élection. Cependant, les sympathisants du MSM n’ont pas tous boudé cette partielle. On peut être sûrs qu’ils n’ont pas soutenu les Bhadain, Boolell, Maraye ou Judoo. Les autres candidats ont bénéficié de leurs votes.

Arvin Boolell a eu deux fois plus de votes que Nita Judoo. Ce qui montre qu’il a lui, un aura national et qu’il est très fort. Sa défaite au numéro 11 n’a été qu’un incident de parcours, en 2014. De ce fait, Ramgoolam « bizin step down » en faveur de Boolell. Les Labourites se reconnaissent en Boolell et pas en Ramgoolam, qui est en mauvaise posture par rapport aux

Rs 240 m trouvés dans son coffre-fort, lui qui insistait que « ma vie est un livre ouvert ». Sauf que le coffre-fort était bien gardé et fermé à multiples clés.

Un mot sur la performance des MMM, PMSD, Roshi Bhadain et Jack Bizlall?

Le PMSD en tant que le parti du leader de l’Opposition n’a fini que 4e! Le langage utilisé par Mamade Khodabaccus, sexiste et dégradant pour les femmes, a pesé contre le … coq. Sa mise en retrait n’a pas estompé les dégâts causés.

Le MMM continue de couler et va bientôt toucher le fond. Intraitable dans les années 70, avec 14 élus rien que dans les régions rurales, aujourd’hui, ce parti, qui a continuellement dévié depuis 1981, arrive à peine à faire élire une candidate, lors d’une simple partielle. Depuis sa déviation, il n’a cessé de chuter, comme l’avait prédit Lalit.

Roshi Bhadain a échoué de faire un enjeu sur le métro léger, qui est encore abstrait pour les Mauriciens. De plus, revenir après une démission n’a pas convaincu les électeurs qui doivent avoir d’autres soucis.

Jack Bizlall est comme Macron en France, soit un candidat sans parti. Il l’a lui-même avancé qu’il est contre l’organisation. Donc c’est lui et lui seul qui décide de tout et de rien. Il a donc bénéficié des votes de la petite bourgeoisie, qui opte pour le populisme à mesure que la société entre dans une période de crise.

Comment, selon vous, les femmes et les jeunes (-35 ans), ont voté lors de cette partielle?

En général, les jeunes et les femmes votent pour la plupart, selon les couleurs de leurs aînés. Cela n’a pas changé depuis l’indépendance. Dommage.

Pensez-vous que le système électoral nécessite un ‘up-lifting’ ou même un lavage au … ‘Karcher?’.

Il faut que les électeurs aient le droit de révoquer leur député, en cas de faute grave. Aussitôt les élections terminées, c’est au Parlement de choisir le Premier ministre. Ensuite, il nomme son cabinet et l’Assemblée nationale doit ratifier le cabinet. Il faut aussi le pouvoir de révoquer l’exécutif. Ensuite, le communalisme institutionnalisé doit être annihilé.

A partir de là, comment va se dessiner le rapport de forces et les possibles jeux d’alliances entre les partis dits traditionnels?

Le MMM va privilégier une alliance avec le PTr, mais sans Ramgoolam. En cas d’échec, les mauves se rabattront sur le MSM. Pravind Jugnauth a toujours une affaire au Privy Council. Par contre, le MSM préférera un rapprochement avec le PMSD. Sauf que, le PMSD a toujours jeté son dévolu sur les travaillistes. Un triangle d’amour, de mesquinerie, de haine et je ne sais quoi encore. Attention, il faut aussi songer aux bailleurs de fonds, aux influences étrangères. Il y a des ambassades qui … arrangent les alliances politiques!

Partagez-vous l’avis que Navin Ramgolam aurait dû céder sa place de leadership à Arvin Boolell à la tête du PTr?

Définitivement, il aurait dû ‘step down’ afin de faire de la place à Arvin Bolell. Mais, ce qu’il nous a démontré depuis 1991, soit l’année de son entrée en politique, il ne le fera pas. A moins qu’il y soit obligé.

Avec sa majorité confortable, est-il dans l’intérêt du gouvernement d’accorder des élections générales anticipées, comme réclament les partis de l’opposition, depuis maintenant plus de deux ans?

C’est une appréciation qu’il serait mieux de réclamer les élections le plus tôt possible. Mais comme ce pouvoir est confié au PM, je ne crois pas qu’il le fera. Tactiquement, ce ne sera pas bon pour lui.

Posted by on Dec 23 2017. Filed under Actualités, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.