Sous-marin disparu : les garde-côtes américains poursuivent les recherches malgré l’épuisement d’oxygène



L’opération pour retrouver le sous-marin touristique disparu depuis dimanche se poursuit, malgré le possible épuisement des réserves d’oxygène dans le submersible.

Le sous-marin touristique Titan est toujours porté disparu. Les garde-côtes américains poursuivent leurs recherches dans le nord de l’océan Atlantique, même si le submersible devrait être à court d’oxygène depuis le début de l’après-midi. Ce jeudi, le chef des opérations John Mauger a confirmé la poursuite des « efforts de sauvetage » des cinq passagers du sous-marin disparu depuis dimanche près de l’épave du Titanic.

« Nous continuons de voir dans des cas particulièrement complexes que la volonté de vivre des personnes doit véritablement être prise en compte également », a déclaré le contre-amiral des garde-côtes américains.

 

Un « champ de débris » découvert

Dans la soirée, les garde-côtes ont annoncé sur Twitter qu’un « champ de débris » avait été découvert « dans la zone de recherche par un ROV », un engin téléguidé. « Les experts examinent ces informations », ont précisé les garde-côtes. Un point presse est d’ailleurs prévu à Boston à 15H00 (19H00 GMT).

 

Des bruits entendus mercredi

Les secouristes avaient estimé que les passagers pourraient se retrouver sans oxygène vers 11h GMT, soit 13h heure française. Le Titan, engin créé par l’entreprise privée américaine OceanGate Expéditions pour naviguer en eaux profondes, dispose d’une autonomie de 96 heures en plongée.

Au total, cinq personnes se trouvent à bord de ce sous-marin. Un Américain, un Français, un Britannique et deux Pakistanais devaient découvrir l’épave du Titanic à 4 000 mètres de profondeur dans l’Atlantique. Le contact avec le Titan a été perdu moins de deux heures après son départ.

Mercredi, des « cognements » ont toutefois été captés sous l’eau par un sonar dans l’Atlantique. Sur Twitter, les garde-côtes ont en effet annoncé que « des avions P-3 canadiens ont détecté des bruits sous l’eau dans la zone de recherche ». Malgré cet espoir, les recherches n’ont pour l’instant rien donné.

 

D’importants moyens déployés

De l’aide continue d’être déployée par les armées américaine et canadienne. Des avions C-130 et P-3 surveillent la zone, tandis que des navires dotés de robots sous-marins scannent les eaux de l’océan Atlantique.

La France a également dépêché l’Atalante, un navire de l’Institut de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) équipé du robot sous-marin, le ROV Victor 6 000.

 

Posted by on Jun 22 2023. Filed under Uncategorized. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.