United renverse, noie et coule City



Cela faisait quatre derbys que Manchester City malmenait son voisin et ennemi United. Dimanche après-midi, la série s’est arrêtée brusquement pour les Citizens. Les hommes de Manuel Pellegrini sombrent face aux Red Devils (4-2) qui confortent leur troisième place et signent une sixième victoire de rang.

Un départ compliqué, puis une lente montée en puissance. Voilà comment l’on pourrait résumer le derby de Manchester United, qui a tout simplement écrasé un Manchester City qui, à l’inverse, est parti très fort avant de sombrer tout aussi lentement. 4-2. Le score est lourd, mais reflète parfaitement la physionomie de ce derby. Un score qui permet aux Red Devils de reprendre le trône de leur ville, de s’envoler vers la Ligue des champions (+9 sur Southampton, cinquième) et de mettre leur victime du jour à quatre longueurs. Après avoir perdu quatre derbys à la suite, les Red Devils en passent justement quatre à Joe Hart et aux Citizens, impuissants et dépassés face à des Young, Rooney et Fellaini de gala. Avec, bien sûr, la patte Louis van Gaal.
Clichy deux fois

Jour de derby oblige, on oublie tout côté citizens. Les petits tracas du quotidien, la mauvaise forme de ses stars, les défaites qui s’enchaînent, les points qui se perdent et la perspective de ne remporter aucun trophée qui grandit. Métamorphosé, Manchester City entre dans son match comme un taureau dans l’arène, surexcité à la vue du maillot rouge. Un bovidé à qui il ne faut que huit minutes pour mettre un premier coup de corne. Après une belle accélération de Gaël Clichy sur son aile, James Milner trouve David Silva dans la surface. L’Espagnol glisse parfaitement le ballon à Sergio Agüero qui n’a plus qu’à la pousser dans le but vide (0-1, 8e). Solides, volontaires et joueurs, les hommes de Manuel Pellegrini tiennent leur match. Pourtant, en un rien de temps, le taureau bleu ciel prend deux banderilles qui le mettent à terre. Deux actions qui déboulent du côté gauche, deux duels perdus par Gaël Clichy. Sur la première, le Français est devancé par Ashley Young qui s’y reprend à deux fois pour égaliser (1-1, 14e). Sur la seconde, l’ancien Gunner est trop court de la tête. Pas Marouane Fellaini, qui smashe un coup de boule victorieux dans son dos (2-1, 27e). Olé !
Rooney, Young et Fellaini en mode gala

Tout s’inverse désormais. Si fébrile en début de match, la défense de United n’en laisse passer aucune. Comme un symbole, le retour à l’épaule d’Antonio Valencia sur Kun Agüero, alors que Silva attendait seul au point de penalty. Après la pause, les Red Devils sont déchaînés. Young, Rooney et les autres se battent comme des chiens sur chaque ballon, et seul un exploit de Joe Hart les empêche de plier le match. Le portier anglais enlève un coup franc de Rooney de sa lucarne, avant de dégoûter Carrick à bout portant. L’estocade viendra plus tard, à nouveau du côté gauche. Dos au but, Wayne Rooney se retourne et fixe Eliaquim Mangala, entré en jeu à la pause. L’Anglais décale Juan Mata qui s’en va faire le break tout seul, entre les jambes de Joe Hart (3-1, 67e). Cette fois-ci, Clichy n’y est pour rien, il s’était bien aligné pour mettre l’Espagnol hors-jeu.

À l’inverse de Mangala sur le quatrième but. Sur un coup franc déposé par Ashley Young, énorme cet après-midi, le Français couvre une bonne partie de l’attaque de United, dont Chris Smalling qui trompe Hart de la tête (4-1, 73e). Le centième but de Sergio Agüero sous le maillot des Citizens n’est qu’anecdotique (4-2, 89e). Manchester United frappe un grand coup et éloigne un peu plus son ennemi du podium. Le retour en Ligue des champions n’a jamais paru aussi proche.

Posted by on Apr 13 2015. Filed under Featured, Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.