PARIS RÉAGIT À AMIENS



Un PSG aux deux visages a finalement réussi à disposer sans trop trembler d’Amiens (0-3) au stade de la Licorne pour le compte de la 20e journée de Ligue 1. Une bonne façon de se reprendre après la déconvenue du milieu de semaine à domicile face à Guingamp en Coupe de la Ligue (1-2).

Certains y verront un signe du destin, d’autres simplement un petit clin d’œil taquin. Terrassés par Guingamp en Coupe de la Ligue en concédant trois penaltys en une mi-temps, c’est grâce au même procédé que le PSG a réussi à transpercer une première fois la muraille d’Amiens cet après-midi. L’élément déclencheur qui a permis à Paris de dérouler par la suite, après pourtant avoir offert un premier visage crispé. Mais à la fin, le PSG a gagné et possède treize points d’avance avec deux matchs en moins sur son dauphin lillois. L’essentiel, il est bien là.

Fatals Picards

Sans Neymar laissé au repos, Paris s’empare du cuir sans pour autant réussir à souvent mettre en danger l’équipe de Christophe Pélissier. C’est par le biais de Bernat que le PSG réussit alors à se créer quelques situations dangereuses. D’abord à l’origine de la combinaison sur corner qui amène une frappe de Draxler bien repoussée par Gurtner (8e), le latéral espagnol délivre un caviar pour Cavani qui manque la cible, bien gêné par une défense amiénoise qui veille au grain (9e).

Diarra, l’ultime frustration ?

Conscient de ces petites alertes, le bloc picard se replie sur lui-même et ne laisse alors que peu de possibilités à des Parisiens en cruel manque d’idées. « On est bien en place, pas trop inquiétés » , résume bien le gardien remplaçant Matthieu Dreyer au micro de Canal +. Il y aura bien une dernière tentative dangereuse de Di María (35e) bien détournée par Gurtner, et puis c’est tout. Tendus, les Parisiens auraient pu l’être encore un peu plus si Areola n’avait pas sorti le grand jeu juste avant la pause devant Gnahoré, seul au point de penalty après une contre-attaque éclair de Mendoza (45e+2).

Du réconfort à la clé

Après la pause, le PSG met plus de vitesse dans les transmissions et va donc finir par trouver la faille et glacer la Licorne. Une nouvelle combinaison sur corner, une frappe de Di María contrée par le bras de Blin et voilà Cavani qui punit Amiens (57e). Tuchel en veut plus et harangue les siens pour se mettre à l’abri rapidement. Un message reçu cinq sur cinq par Mbappé, jusqu’alors plutôt discret. S’il pousse d’abord Adénon à prendre un deuxième jaune (65e), c’est aussi lui qui va mettre Paris à l’abri en étant à la conclusion d’un service parfait de Cavani (70e). Le match a alors totalement basculé, Tuchel fait tourner, et Draxler continue de régaler. Une percée foudroyante pour servir Marquinhos qui ne tremble pas face au but (79e) et qui surtout met un point d’orgue à une deuxième période bien mieux gérée que la première. Paris peut s’envoler au Qatar rassuré, et cela tombe bien, car c’est bien cela qu’il était venu chercher en Picardie.

Amiens (4-5-1) : Gurtner – Krafth, Gouano, Adenon, Dibassy – Blin (Bodmer, 75e), Monconduit, Lefort, Gnahoré (Odéro, 75e), Mendoza (Kurzawa, 85e) – Timite. Entraîneur : Christophe Pélissier.

PSG (4-4-2) : Areola – Meunier, Thiago Silva, Marquinhos, Bernat – Verratti (Kurzawa, 75e), Dani Alves, Draxler, Di María (Diaby, 71e) – Mbappé (83e), Cavani. Entraîneur : Thomas Tuchel.

Posted by on Jan 13 2019. Filed under Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.