La police compte remettre des éléments au département de Forensic afin d’avancer l’enquête…



Bien que les téléphones ont été réinitialisés, les données effacés et les e-mail désactivés après des courriels ont été effacés, la police compte remettre des éléments au département de ‘Forensic’ afin d’avancer l’enquête dans l’affaire St Louis.

Rappelons que vendredi 4 septembre, il y a eu une première arrestation dans le cadre de cette enquête. Soit, celle de Bertrand Lagesse, le représentant local de la firme danoise, BWSC. Il aurait agi comme l’intermédiaire entre les autorités mauriciennes et la firme danoise BWSC dans cette affaire de pots-de-vin présumés. Il a été provisoirement inculpé sous deux charges provisoires de blanchiment d’argent devant la Cour de Port-Louis.

Selon l’acte d’accusation, Bertrand Lagesse, 64 ans, aurait agi en violation des articles 3 (1) (b), 6 et 8 de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. Les faits remonteraient à avril et mai 2016. Le consultant de Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (BWSC), principal « contractor» du CEB dans le redéveloppement de la centrale électrique de Saint-Louis, serait en possession d’une propriété valant 212 948 euros (environ Rs 10 millions). Une propriété qui émanerait d’un acte de corruption. Il serait également en possession d’une somme de Rs 8 172 492 en banque. Selon l’ICAC, cet somme d’argent proviendrait du même acte de corruption.

Bertrand Lagesse, ayant retenu les services de Me Joy Beeharry, a payé une caution de Rs 300 000 et a signé une reconnaissance de dette de Rs 2 millions.

Posted by on Sep 14 2020. Filed under Faits Divers. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.