L’étrange traitement des Panama Papers par la presse…grosse similitude avec la presse mauricienne



Est-ce du journalisme ou un choix de cibles à abattre à partir de critères que nous ne connaissons pas ?…Par Ernest S. Hemingwe**…

L’affaire des Panama Papers est traitée par certains journalistes comme une occasion de s’adonner à la haine des plus riche…

Plus le temps et les révélations des Panama Papers avancent, plus je me sens mal à l’aise avec cette histoire.

Formation
Comprenons-nous bien pour débuter : je n’ai rien contre le fait que des journaux et journalistes d’investigation mettent en lumière ce genre de pratiques. De même je considère que la fraude est une gangrène du système économique au même titre que le dumping ou la corruption. Ceci posé, ce qui m’ennuie très fort et me met mal à l’aise est la forme que prennent cette enquête et ces dénonciations.

Tout d’abord, et avec tout le respect que j’ai pour la profession, les CV de certains journalistes qui ont traité les informations sont fort légers. Par exemple, 3 ans en activité, pas de spécialisation en fiscalité ou en économie. Quand on sait que des experts fiscaux qui officient depuis 30 ans ont du mal à s’y retrouver, comment imaginer qu’un jeune qui fait ses armes y parvienne ?

Je me pose aussi la question du choix des journaux ayant collaboré à l’enquête ; de manière étrange et qui me gêne, peu de journaux spécialisés dans le monde des affaires. Ceci me fait penser à ces « experts » en terrorisme qu’on retrouve sur tous les plateaux de télévision. Qui sont-ils et d’où tiennent-ils leur expertise ou leur légitimité ? Je ne lis nul questionnement à ce sujet.

Lanceur d’alerte ou pro du commerce ?
Déontologie… comment appeler « lanceur d’alerte », une personne qui, finalement, ne fait pas mieux que ce qu’elle dénonce elle-même. En l’occurrence, une personne qui a piraté illégalement un système informatique (ce qui est un crime dans la majorité des pays), pour en revendre les informations (au choix : chantage, recel, revente de matériel volé). Je me permets de mettre en doute la volonté de justice et l’honorabilité d’un individu manifestement bien plus intéressé par l’argent qu’il retirera de l’opération que de savoir si la justice sera rendue. Je lui dénie en tout cas le titre de « lanceur d’alerte » tant le motif pécuniaire est présent. L’air de rien, notre « lanceur d’alerte » n’a rien « donné » de manière désintéressée, il a vendu le fruit d’un crime.

Ceci dit, même si elle se révèle utile, je continue à être personnellement méfiant avec la dénonciation, surtout rétribuée, et la délation. Ça reste un système que je trouve répugnant.

Présomption d’innocence ou lynchage médiatique de cibles choisies

J’ai du mal avec cette forme de lynchage médiatique. Les journalistes, toujours si prompts à défendre la présomption d’innocence, ont-ils oublié leur discours et leur morale à ce sujet ? Aujourd’hui, ces journalistes, dont je le rappelle, beaucoup ne sont pas des spécialistes de la question, lancent en pâture des noms et des réputations.

Ces noms, déjà, ils les sélectionnent. Qui, pourquoi, comment ? Qui sont-ils pour décider eux-mêmes souverainement qui est « coupable » et qui ne l’est pas ? Chez certains journalistes, on sent poindre une forme de haine du riche, un forme de revanche de sans-grade à l’égard d’une élite. Ça me gêne, ça me dérange dans le sens où j’ai le sentiment d’une perte d’objectivité dans le traitement du sujet et de l’information.

Enfin, quand ces noms n’apparaissent pas, peu importe, ils décident de cibler quand même. Ainsi, et dieu sait que je la déteste, ils visent Marine Le Pen tout en reconnaissant que le nom des Le Pen n’apparaît pas dans les Panama Papers. Ce sont ceux de proches, voire de très proches. En fait-ce des coupables pour autant ?

Justice ou action commerciale ?
Quand des ministres des Finances demandent aux journaux ou au consortium de journalistes de fournir les preuves recueillies, la réponse me dérange. Ils disent agir pour la justice et pour l’équité, l’égalité et tout le toutim de jolies valeurs auxquelles on ne peut que souscrire mais… c’est un discours.

Leur réponse c’est, pour les journaux locaux : on ne vous transmet rien, nous sommes engagés vis-à-vis du consortium à ne pas fournir les documents à des tiers. On ne parle pas de protection de la source, ce qui pourrait être vu comme légitime, mais d’un « cartel » qui décide souverainement de ne pas répondre à des demandes judiciaires. Cela me fait un peu penser à ces collusions que les journalistes sont prompts à dénoncer…

Alors observons ce que le « consortium » (ICIJ) répond : à la fin de l’enquête (comprendre : quand nous aurons commercialisé nos informations et vendu nos papiers), nous prendrons nos responsabilités en publiant sur notre site les informations qui nous sembleront pertinentes. Malaise encore une fois. Ils refusent de fournir l’intégralité des données disponibles mais choisiront, eux-mêmes, souverainement, quelles informations fournir à la justice. Ce faisant, ils vont décider d’une certaine manière qui mérite d’être poursuivi, et qui ne le mérite pas.

Justice parallèle

Cette manière de faire, de décider eux-mêmes qui est coupable, d’oublier la présomption d’innocence, de n’attendre aucune décision de justice, de ne collaborer que partiellement avec celle-ci… ce consortium de journalistes finit par appliquer ce qu’il dénonce lui-même, une forme de privatisation de la justice, une justice parallèle et une justice de classe. Une fois de plus, la méthode, la forme me dérangent.

Ceux qui mélangent tout…

Et c’est sur la base de ce cocktail particulier que certains réagissent, en confondant tout. Certains éditos suent la haine et sèment la colère. Malaise.

J’ai ainsi lu un édito, que je cite : « […] irrécouvrable consenti sur la seule base d’une idéologie qui percole insidieusement à gauche comme à droite : il y aurait trop de fonctionnaires, le bien commun serait décidément impayable, la justice et l’équité seraient des valeurs d’un autre siècle, vive l’anarchie néolibérale et les pavillons quatre façades. »

Prétendre cela en Belgique, c’est méconnaître complètement la réalité économique et institutionnelle du pays. Nous sommes parmi les pays les plus fonctionnarisés d’Europe. Nous sommes un pays qui prélève 56% de son PIB pour le bon fonctionnement de son État… alors évoquer le manque de moyens ou l’anarchie néo-libérale, c’est vraiment ne pas maîtriser son sujet. C’est un mélange idiot. Rien n’excuse la fraude fiscale, mais mettre le mauvais fonctionnement de l’État et le mauvais usage des deniers publics sur le dos de la fraude fiscale, c’est simplement idiot et ces liens n’en sont pas. Ce sont des problèmes distincts.

Dans le même édito, ce journaliste, qui fatalement est en train de défendre l’impôt, écrit ceci : « Les gouvernements ne songent qu’à alourdir le joug des populations qui restent asservies à l’impôt, les salariés, les pensionnés, les chômeurs, créant une fracture digne de l’Ancien Régime : voici le retour des serfs et des affranchis, d’une part ceux qui ploient sous l’impôt, et d’autre part ceux qui sont de facto dispensés de toute solidarité ».

Je vous avoue, je suis un peu perdu… l’impôt, c’est bien ou c’est un joug qui asservit ? Car s’il est un joug qui asservit, alors il est normal de vouloir s’en libérer, fusse-t-il frauder pour cela… Bref, j’ai un souci de cohérence.

Enfin, il va surfer sur l’actualité, ( je raccourcis un peu le trait), s’il n’existait pas de fraude fiscale, d’abord l’État gérerait mieux ses deniers mais de plus, nous n’aurions pas eu d’attentats (faute de rentrées fiscales, combien d’argent a-t-on dû économiser sur les forces de police ? Sur les services de renseignements ? Rappelez-moi : avec quels résultats ?)… je reste pantois.

Ou alors, ce tweet d’un Twitto influent : « Certains prétendent que @couckeMarc serait nommé dans les #panamaPapers. Absurde ! La Belgique lui a blanchi un milliard gratos ! #OnFaitMieux ».

Cela me dérange. Marc Coucke n’a fait aucune fraude, il n’a pas fait d’opération d’optimisation fiscale, d’évasion fiscale. Il a revendu l’entreprise qu’il a créée en partant de rien, pour laquelle il a tout risqué, et a fait une fantastique plus-value. Aucune loi ne taxe ça, est-ce mal ? Est-ce mal d’avoir travaillé toute une vie, d’avoir réussi et de se faire une plus-value ? Quand on fait des moins-values, je n’entends personne proposer de nous refinancer.

Alors, Marc Coucke est-ce qu’il a pris sa thune, s’est tiré sur un yacht pour s’enivrer de substances illicites (serait-ce d’ailleurs le cas qu’on n’aurait quand même pas à en juger) qu’il mérite d’être couvert de boue de cette manière ? Mais non, même pas, Marc Coucke est en train de ré-investir sa plus-value dans toute une série d’entreprises du pays, soutenant ainsi l’activité et l’emploi.

Cette espèce de haine du riche, de jalousie et de la réussite, ça me dérange.

Alors quoi ?

Alors, plus le temps avance, plus je suis mal à l’aise avec la façon dont ce scénario se déroule.
Est-ce du journalisme ou une justice parallèle ?
Est-ce du journalisme ou une série scénarisée conçue pour vendre du papier ?
Est-ce du journalisme ou une action commerciale qui utilise certains noms choisis pour le buzz qu’ils génèrent ?
Est-ce du journalisme ou un choix de cibles à abattre à partir de critères que nous ne connaissons pas ?

Le fond de l’histoire des Panama Papers est grave, important, d’une dimension qui nous dépasse je pense. Le fond est extrêmement complexe et il faudra des experts de très haut vol pour dénouer, un peu, l’enchevêtrement de ce foutoir. Je ne suis pas très optimiste quant aux suites judiciaires, tellement tout ceci est compliqué. Le temps de mettre en lumière, la prescription risque bien d’être atteinte.

Sans compter que la chaîne de preuves finit par être salement compromise, entre autres à cause du consortium qui choisira les informations qu’il jugera pertinente de fournir à la justice. Que va-t-il conserver? Que va-t-il occulter ? Qu’en sera-t-il du procès « équitable » si toutes les preuves ne sont pas fournies, à charge et à décharge ? Sans compter le choix des « coupables » qu’il établit finalement lui-même.

Le fond est tellement important, le contenu de ces révélations méritait probablement mieux que les choix qui ont été posés.

NDLR:
Légende photo: les fameux chapeaux du Panama

**Ernest S. Hemingwe
Serge, de son vrai prénom, a 38 ans. Économiste de formation, Consultant en gestion du changement, de crise, et organisation. Outre ses missions en entreprise, Serge participe aussi à un think tank économique, coache des directeurs et jeunes entrepreneurs. http://movingsociety.blogspot.be/

A Minority Voice, nous avons choisi de publier cet article important dont les réflexions profondes s'appliquent à la meute locale de chercheurs d'informations dont le but est de détruire et de faire mal. Le rôle du journaliste n'est pas de faire plaisir, mais certainement pas de faire du mal. Une juxtaposition ou une transposition des faits de notre interlocuteur sur l'actualité locale nous donnerait le même résultat. Édifiant n'est ce pas?

Madiba

Posted by on Apr 7 2016. Filed under Economie, Edito, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google
Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.