PERMIS À POINTS : ENFIN, UN DÉBAT !



Peu importe que l’insertion d’une réforme du permis à points comme de la politique des excès de vitesse par l’Alliance MSM/PMSD/ML, relève de la démagogie et d’une volonté de racoler des votes chez ceux qui en auront intérêt, la chose mérite d’être (enfin) débattue au lieu d’être simplement écartée d’un revers de main et qu’on subisse en silence les effets du prochain durcissement des lois.

Contrairement à ce que d’aucuns prétendent, SAJ n’a nullement dit qu’il fallait purement et simplement abroger le permis à points mais en revoir des éléments saillants comme ainsi, cet entichement à piéger les automobilistes, en installant des panneaux de limitation de vitesse et des robots flasheurs tous azimuts dans tous les coins du pays, ou en nous piégeant en série.

Permettez que l’on verse au débat quelques éléments en premier lieu, soit les Road Traffic (Speed) Regulations 2011. Pour fastidieux que leur lecture puisse être au profane, cela mérite cependant que l’on s’y attarde à quelque examen attentif.

THE ROAD TRAFFIC ACT Regulations made by the Minister under sections 124 and 190 of the Road Traffic Act
1. These regulations may be cited as the Road Traffic (Speed) Regulations 2011.

2. In these regulations –
“A road” means any main road bearing a classification number starting with the letter
“A” in the Second Schedule to the Motorways and Main Roads Regulations 1976;
“B road” means any main road bearing a classification number starting with the letter
“B” in the Second Schedule to the Motorways and Main Roads Regulations 1976;
“M road” means any motorway bearing a classification number starting with the letter
“M” in the First Schedule to the Motorways and Main Roads Regulations 1976;
“road” has the same meaning as in the Roads Act;
“speed limit sign” means a traffic sign of the prescribed size, colour and type specified
as “C14” in Part III of the First Schedule to the Traffic Signs Regulations 1990;
“speed zone” means a zone, where the speed at which a motor vehicle specified in the
first column of the First Schedule may be driven, is limited by these regulations and is
indicated by the speed zone sign “C14a” and the derestricting sign “C17d”;
“UR road” means a road which is not classified as a motorway or a main road by the
Motorways and Main Roads Regulations 1976.

3. Subject to the other provisions of these regulations, no person shall drive a motor
vehicle specified in the first column of the First Schedule, on a road specified in the
second, third, fourth or fifth column of that Schedule, as the case may be, at a speed
exceeding the corresponding speed limit specified for that motor vehicle and that road.

4. No person shall drive a motor vehicle at a speed exceeding –
(a) 60 kilometres per hour on an “A” road or a “B” road; or
(b) at a•speed exceeding 80 kilometres per hour on a “M” road,
where such speed, by reason of weather conditions, poor visibility during day-time or
night-time, high pedestrian activity, the density or nature of traffic or the condition of the
road or road surface, is an unsafe speed for the prevailing conditions.

5. Where a driver of a motor vehicle approaches or overtakes a stationary school bus
embarking or disembarking school children, the driver shall –
(a) drive with due care and attention for the safety of the children; and
(b) while passing at any point less than 5 metres from the school bus, not drive
at a speed exceeding 40 kilometres per hour.

6. No person shall drive a motor vehicle at such a slow speed as to impede the normal
and reasonable movement of traffic unless such speed is necessary for the safe
operation of the vehicle.

7. The Permanent Secretary may, in respect of any stretch of a road specified in the First
Schedule, establish a speed zone and –

(a) considering poor visibility or the presence of any substantial abutting development, school, shopping centre, market, hospital or any other public building, decrease the maximum speed by a maximum of 50 kilometres per hour;
(b) increase the maximum speed by 10 kilometres per hour.

8. A temporary speed limit, which shall not exceed 50 kilometres per hour, may be posted
within any stretch of a road when road works are in progress.

9. No person shall ride a cycle on any road at a speed exceeding 30 kilometres per hour.

10. (1) Every speed zone established under regulation 7 shall be indicated by the
advance warning traffic sign “A37a” specified in Part I of the First Schedule to the
Traffic Signs Regulations 1990, which shall indicate, in metres, at the bottom
right hand corner the distance at which the speed zone is to commence.
(2) The commencement of a speed zone shall be indicated by the traffic sign “C14a”
specified in Part III of the First Schedule to the Traffic Signs Regulations 1990,
which shall show the maximum speed limit.
(3) The end of a speed zone shall be indicated by the derestricting sign “C17d”
specified in Part III of the First Schedule to the Traffic Signs Regulations 1990.

11. (1) For the purposes of road works, traffic engineering or any safety requirement
along a road, the Commissioner of Police or the Permanent Secretary may
establish a temporary speed limit of a maximum of 50 kilometres per hour by
erecting –
(a) at the approach of a work zone, a temporary speed limit sign specified as
“J1” in Part X of the Traffic Signs Regulations 1990; and
(b) at the exit of the work zone, an appropriate derestricting sign specified as
“J2” in Part X of the Traffic Signs Regulations 1990.
(2) For the purpose of this regulation, a “work zone” –
(a) means an area of a road undergoing construction, maintenance or utility
work activities;
(b) shall be indicated or marked by traffic signs, channelling devices, barriers,
pavement markings or work vehicles;
(c) shall extend from the first warning sign to the last traffic control device or
sign; and
(d) may be for short or long durations and may include stationary or moving
activities.

12. These regulations shall not apply to –
(a) a race or trial of speed authorised in conformity with the Road Traffic Act;
(b) a fire engine used for the purpose of extinguishing fires, preserving life and
property in case of fire, or aiding or rescuing persons in danger, or in the
case of an accident;
(c) an ambulance used for the purpose of aiding or rescuing persons in
danger, or in the case of an accident; or
(d) a motor vehicle owned by Government and used by the Police for the
purpose of executing its functions.

13. Any person who contravenes these regulations shall commit an offence and shall, on
conviction, be liable to a fine not exceeding 5,000 rupees or, in the case of a third or
subsequent conviction, to a fine not exceeding 10,000 rupees.

14. The Road Traffic (Photographic Enforcement Device) Regulations 2008 are amended –
(a) in paragraph 3(c), by deleting the words “Road Traffic (Speed) Regulations
2004” and replacing them by the words “Road Traffic (Speed) Regulations
2011”;
(b) in the Schedule, in Part A, in the “Photographic Enforcement Notice”, in
paragraph 3, by deleting the words “Road Traffic (Speed) Regulations
2004” and replacing them by the words “Road Traffic (Speed) Regulations
2011”.
15. The Road Traffic (Speed) Regulations 2004 are revoked.

16. These regulations shall come into operation on 14 February 2011.
Attirons l’attention plus particulièrement sur le contenu de l’article 10 du règlement ci-dessus. En effet, il y est donc prévu que toute speed zone se doive d’être établie par le Secrétaire Permanent du ministère de tutelle, selon l’article 7 en vertu des critères y énoncés.

L’article 10 lui va plus loin et dispose que ladite speed zone soit indiquée au préalable par un panneau, non pas le simple panneau de vitesse bien connu, mais un panneau bien spécifique PRÉCISANT LA DISTANCE EN METRES où commencera ladite speed zone.

Il y est même précisé que ledit panneau sera conforme au «traffic sign “C14a” specified in Part III of the First Schedule to the Traffic Signs Regulations 1990, which shall show the maximum speed limit. » Ce fameux traffic sign A37, c’est cette plaque grand format que certains de nos flics indiquent sur le chemin pour avertir de la présence de radars mobiles.
Comme on l’a constaté, il est plutôt rare de le voir sur nos routes et il semble même très absent du panorama de la panoplie utilisée par nos policiers, en particulier lors de l’installation de radars mobiles. On trouve beaucoup plus souvent en revanche les panneaux de type classique pour les panneaux de limitation de vitesse, la C14a .

Quelles leçons tirer de ces quelques détails ? Tout d’abord, que notre chère Police nationale ne respecte pas du tout la procédure énoncée par les Speed Regulations indiqués plus haut.

En effet ces règlements ne prévoient pas que l’on puisse piéger les automobilistes, mais plutôt protéger l’ensemble de la communauté des usagers de la route. Il s’agit avant tout d’avertir qu’un exercice de contrôle de vitesse est en vigueur. Si l’on n’obtempère pas alors, les conséquences suivent.

Or, nous savons pertinemment que les zones de radars mobiles sont loin de positionner de tels panneaux d’avertissement, préférant nous prendre systématiquement par surprise, en particulier lorsque le changement de vitesse est brutal, sans palier de décélération, de 110Kms à 70 Kms par exemple.

Car, faute de suivre la procédure prévue à la lettre, les contraventions qui sont interceptées seront alors nulles et non avenues de plein droit et peuvent être rejetées par les Cours. Que l’excès de vitesse soit de quelques kilomètres ou de plusieurs dizaines de kilomètres !

On peut même se demander si l’action concertée de nos flics ne constitueraient pas une bonne base de poursuite (au pénal) contre eux-mêmes de conspiration, en vertu de la Section 109 (1) du Criminal Code (Supplementary) Act. Jugez plutôt en lisant le texte :
109. Conspiracy (1) Any person who agrees with one or more other persons to do an act which is unlawful, wrongful or harmful to another person, or to use unlawful means in the carrying out of an object not otherwise unlawful, shall commit an offence and shall,
on conviction, be liable to penal servitude for a term not exceeding 10 years and to a fine not exceeding 100,000 rupees.
Pourquoi alors persister avec une telle stratégie de piéger l’automobiliste, peut-t-on s’interroger, alors que la législation en vigueur prévoit justement le contraire ? Il ne faut pas avoir de cesse de dénoncer avec force cette mentalité policière destinée à pincer les gens et à engranger les recettes des contraventions.
Reconnaissons tout d’abord que piéger nos automobilistes ne fait que créer plus de mécontents sur nos routes sans atteindre le but voulu, soit préserver des vies.

Il est notamment anormal que les limitations de vitesse surgissent brutalement ci et là, même hors des zones d’habitations. Sur les autoroutes les zones de limitation de vitesse devraient être assujetties à des paliers de décélération systématiques. Ils sont souvent absents.

Si de Bagatelle à Pailles, les choses ont été correctement établies avec un passage de 110Km/h à 90Km/h puis à 80Km/h à partir de Pailles et de 60Km/h au Caudan, en revanche l’on connait des zones où les limitations sont soudaines, de l’ordre de 30 de 40 Km/h. Ainsi à la hauteur de la cyber-cité, sur la M1 vers Trianon (30Kms), ou devant l’usine de la CMT, sur la bretelle de la M3, vers Phoenix (40 Kms) !

Entre parenthèses, qu’est-ce qui justifiait devant cette usine cette limitation de vitesse ? A voir les critères de l’article 7 des Speed Regulations, on se demande quel édifice public, école ou hopital vient en remplir les critères. Surtout une baisse brutale de 40Kmh !
De même sur la M3, passé Ripailles en descente, alors que l’autoroute redevient à quatre voies, après son rétrécissement, pourquoi la limitation de vitesse demeure-t-elle à 80Kmh alors qu’en montant elle est à 110Kmh jusqu’au rétrécissement de l’autoroute ? Les autorités sont muettes sur la dangerosité supposée du gradient de la descente à cet endroit. On se demande d’ailleurs si c’est le cas.

Récemment les radios libres ont avisé que de telles limitations sur des descentes aussi longues pouvaient nuire, lorsque l’on pèserait sur les freins trop longtemps, causant les plaquettes à ne pas mordre les pneus à la longue. Au lieu de rétablir la vitesse à 110Kmh, à la fin du rétrécissement les autorités se sont bornées à installer une plaque au début dudit rétrécissement sur le danger de peser les freins trop longtemps.

Une plaque !!? En anglais qui plus est ! Bonne lecture ! Enfin, si vous en avez le temps en roulant à 60-70Kmh. Et on ne peut que se demander si sauver des vies est vraiment le souci de nos autorités ou est-ce de nous piéger pour mieux remplir les caisses de nos amendes ? C’est d’ailleurs généralement dans de tels coins que se logent nos escouades de flics pour piéger les contrevenants à compter de 88 Km/h ou 77Km/h selon le cas.

Et on peut se demander si nos policiers, armés de leurs radars mobiles, pointés sur nos véhicules, depuis plusieurs centaines de mètres, en amont du panneau de limitation de vitesse, pour déterminer le passage des véhicules dans les zones de vitesse moindre, sont efficaces ou pas pour déterminer l’infraction. Laser de guidage ou pas, l’erreur de parallaxe existe bien. Ne ratent-ils pas nos véhicules alors que nous sommes en pleine phase de décélération et ne nous infligent-ils quand même pas injustement alors nos amendes ?
La situation est encore pire en rase campagne où les passages intempestifs des limitations de vitesse entre 80Km/h et 60Km/h sont tels que le moindre tournant est devenu une zone à risques pour les automobilistes, flashés alors tout aussi brutalement. Le panneau est souvent caché, mais le flash du radar bien éclatant lui ! Et l’amende comme la sanction bien senties toutes deux !

Entre radars mobiles et fixes, seule la stratégie du tiroir-caisse a l’air de prévaloir pour l’Etat, avec des recettes de plusieurs centaines de millions à l’année. Si en 2013, la baisse du nombre de morts et de blessés sérieux avait joué, dans l’opinion publique, en faveur du serrage de vis, leur augmentation récente devrait nous faire réfléchir sur la pertinence de cette gendarmisation de tout le pays et de ce stress permanent qui empreint tous les chauffeurs du pays.

Car si pour l’heure peu d’entre nous auront atteint le quota des quinze points, gageons que tel ne sera surement pas le cas d’ici l’écoulement d’une deuxième ou d’une troisième année de ce régime. Surtout avec chaque quinte de nos services de Police qui bouffe régulièrement deux points à nos permis de conduire entre deux vagues de morts sur les routes. Surtout ceux dont les métiers impliquent de bouger souvent et rapidement !

Clairement la seule répression ne réussit pas à infléchir le nombre de morts sur les routes et nous serions dans l’erreur de ne que réprimer davantage. A ce rythme, sur trois ans, quinze points cela est vite parcouru. Il faut réfléchir à d’autres moyens et à d’autres tactiques pour discipliner les conducteurs.

L’une de celles-ci consisterait à ce que les Policiers respectent enfin les Speed Regulations eux-mêmes. Il faudrait aussi que ceux-ci soient amendés pour que des paliers de décélération d’un maximum de 20Km/h soient pourvus dans toutes les zones de changement de vitesse. La réglementation doit aller davantage dans le sens de l’avertissement et être appliquée.

L’autre mesure serait de réfléchir sur le délai de récupération de nos points. Quinze points sur trois ans, c’est long et nous serons plutôt nombreux d’ici mi-2015 ou fin 2015, soit au moment où deux points plus deux points plus deux points etc. auront moissonné suffisamment sur les DLC pour soulever la grogne chez nous.

Juste une question à ce sujet : qu’ont donné les enquêtes sur la destruction des radars fixes, détruits à la tronçonneuse ? A-t-on retrouvé les coupables, malgré les assurances ? Faudra-t-il que des commandos s’attaquent de toutes parts aux radars fixes, rendus bêtement coupables de suspension de permis en série pour réagir dans un an ou deux ?

Observons ce qui se passe ailleurs : on constate alors que trois ans de délais de récupération des points sont généralement le fait de juridictions qui accordent environ 20 points aux automobilistes. Dans la plupart des juridictions de permis à point, le délai de récupération est de deux ans pour 15 points environs.

Par ailleurs on a insuffisamment réglementé sur les modes de transport alternatif pour encadrer nos sorties. Ainsi on a ignoré totalement en la matière la responsabilité des restaurateurs, hôteliers et cabaretiers face à ceux de leurs clients qui auront consommé de l’alcool dans leurs établissements.

Jusqu’ici, en effet, on se sera borné à mettre les individus devant leurs responsabilités, exigeant d’eux qu’ils choisissent entre boire ou conduire. Nous connaissons tous la mentalité humaine pour savoir hypocritement que nous tenterons le diable même après avoir dépassé la dose.

Revenons à ceux qui servent l’alcool à leurs clients. A leur décharge, il faut dire qu’ils ne disposent pas du pouvoir d’exiger de ceux-ci qu’ils leur remettent les clés de leur véhicule passé un certain nombre de consommations. Il faudra légiférer en ce sens. Pas plus que la réglementation en vigueur ne leur impose d’avoir des parkings sous surveillance pour protéger les véhicules de leurs clients !

Car justement, où donc garer sa voiture en toute quiétude si l’on veut rentrer en taxi ou avec un proche, avant de venir la récupérer plus tard ? Vu le nombre de délits commis sur les véhicules, comment s’étonner que nombre de chauffeurs prennent le risque de rentrer chez eux, bien que sous l’influence de l’alcool ?

Au reste, on sait bien que dès le second verre on est en infraction mais après combien de temps, aura-t-on métabolisé son taux d’alcool ? Aucun encouragement n’est accordé pour que des éthylomètres soient importés ni qu’ils soient installés sur des véhicules qui ne pourraient démarrer que si ceux-ci s’avéraient négatifs.

D’ailleurs où sont nos flics lorsque l’alcool aura coulé à flots aux petites heures du matin ? On les voit bien vers les 22hrs00 stoppant surtout les gens qui auront pris les précautions nécessaires mais pas vers 2hrs00 ou plus alors que ce sont généralement là les heures des plus graves accidents liés à l’alcool au volent.

Peut-on envisager par ailleurs que les administrations régionales imposent à chaque collectivité locale l’organisation de parkings surveillés (et payants) 24/7 ? Avec pourquoi pas, des services de Bobs ! Peut-on envisager que des mesures similaires soient prises pour les restaurateurs, hôteliers et cabaretiers, quitte à ce qu’ils s’associent pour atteindre le minimum de parkings voulus, établissement par établissement ?

Enfin, quand donc des transports en commun dignes de ce nom viendront-ils encourager les gens qui sortent, à plutôt laisser leurs voitures à domicile ? Quand donc les taximètres feront-ils enfin leur réapparition et quand donc la réglementation du tarif de nos taxis mettra un terme à tous les prix « la koz ou », selon la tête du client ?

Bien sur, des têtes brulées, il y en aura toujours. Cependant nous n’en faisons pas tous partie et si c’est par la seule répression que les autorités espèrent régler le problème de la violence routière alors l’on finira par s’aliéner la population sans la convaincre pour autant de corriger ses travers.

Rappelons-nous qu’un an à peine aura suffi pour que 19 de nos compatriotes de plus perdent la vie par rapport à l’an dernier. Les mauvaises habitudes sont horriblement tenaces. Plus dures à prendre sont les bonnes, mais elles demeurent ensuite comme une seconde nature chez les gens…

Alors, ce débat est-il si démagogique que cela ?

Posted by on Oct 7 2014. Filed under Economie, Featured, Opinion. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.