Lettre ouverte au, Ministre des Finances et du Développement économique Hon Seetanah Lutchmeenaraidoo.



Le secteur privé mauricien s’est lourdement endetté

Permettez-moi d’abord de vous présenter mes meilleurs vœux pour l’année qui s’annonce difficile surtout sur le plan économique. A la lecture du National Accounts Estimates qui vient de paraître ces jours-ci, vous héritez d’un lourd passif laissé par le précédent régime. Vous avez devant vous un énorme défi à relever surtout que les attentes de la population sont toutes à fait légitimes après la tenue d’une des premières promesses avec le paiement immédiat de l’augmentation de la pension de vieillesse. Ce qui a jeté les premiers jalons d’un retour du ‘feel-good-factor’ parmi les Mauriciens. Il n’y a pas de baromètre pour mesurer les impondérables, mais on sent un certain regain de confiance avec l’installation de Sir Anerood Jugnauth comme Premier Ministre. Celui-ci a déjà envoyé un signal très fort au secteur privé en demandant que les grévistes du secteur sucriers ne soient pas pénalises pour les jours de grève. Ce sont là des facteurs qui indiquent que ce nouveau régime ‘means business’.

Ma première inquiétude en parcourant le dernier NAE est que le secteur privé mauricien n’a pas joué son rôle dans la relance de l’investissement, donc de la création d’emplois. Avec l’ouverture de notre économie, le secteur privé mauricien s’est lourdement endetté auprès des institutions bancaires locales pour investir ailleurs. Et l’on se demande si les profits rapatriés ont eu un effet positif par rapport aux gros investissements sur l’économie locale.

En tant que syndicaliste, ma préoccupation première demeure la relance de l’investissement privé qui est à la baisse depuis ces dernières années. Cet investissement est primordial pour la création et le maintien d’emplois à Maurice. Et qui dit création d’emplois dit stabilité sociale donc, regain de confiance au sein de la population. Sous les précédents régimes de SAJ, le pays a connu une diversification économique avec l’implantation de nouveaux secteurs dont le TIC, devenu aujourd’hui un pilier de l’économie. On a beaucoup parlé de « Blue Economy » c’est-à-dire l’exploitation des ressources marines principalement l’eau de mer. Comme préconisé dans un rapport soumis par le Mauritius Research Council et qui dort dans un placard.

En dépoussiérant ce rapport, vous verrez peut-être un autre pilier qui redonnera l’île Maurice tout son glamour marin.

Il y a des secteurs dont la construction qui commence à battre l’aile avec des gros projets d’infrastructure qui tirent à leur fin alors que la construction sociale ralentit. Il est impératif de revoir ce secteur car, il y a des gros risques de perte d’emploi.

M. Le Ministre, vous savez plus que quiconque qu’une population bien nourrie est une population heureuse. Dans cet esprit, il faut qu’il y ait une politique bien établie pour assurer la sécurité alimentaire car nous dépendons dans une très large mesure des importations et donc tributaires des conditions externes sur lesquelles nous n’avons absolument aucun contrôle. Il est temps de relancer le secteur agricole, hors sucre, et prospecter même les possibilités d’exportation de produits avec un label de qualité qui sortent de nos serres hydroponiques. Pourquoi ne pas mettre en place un système qui permettrait l’émergence des ‘Gentlemen Farmers’ ?

M. Le Ministre, l’un des gros points noirs au tableau demeure la pauvreté. Malgré certaines mesures prises par l’ancien régime et qui n’ont jamais abouti. La pauvreté demeure la gangrène de la société mauricienne qu’il faut à tout prix éradiquer. C’est un fléau social qui ne peut perdurer. Apprendre à cette catégorie de personnes à se tenir sur leurs jambes en leur donnant les possibilités de devenir productifs et contribuer à l’économie mauricienne requiert une étude de leurs conditions et dégager les solutions durables.

M. Le Ministre, vous présenterez votre premier budget du nouveau régime en mars prochain. Connaissant votre ‘track-record’ nous souhaitons que ce sera un « love at first sight » qui rétablira le contrat de confiance entre le gouvernement et la population.

Suttyhudeo Tengur
Président
APEC
29 décembre 2014

Posted by on Dec 30 2014. Filed under Economie, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.