Agricultural Marketing Board…est-que cet organisme restera un importateur éternel de la pomme de terre ou…



Lettre ouverte aux parlementaires

Après plus d’un mois où la “tante bazaar” de la ménagère a souffert en raison de la flambée des prix des légumes, la situation semble se normaliser depuis la semaine dernière avec le prix de la pomme d’amour passant de Rs. 100.00 le demi-kilo à Rs. 35.00 le demi-kilo en moyenne, de même pour le giraumon qui s’offrant à Rs. 30.00/demi-kilo, le prix a baissé pour atteindre Rs. 15.00. De telles situations ne devraient pas laisser insensibles les institutions mises en place par le gouvernement pour assurer la stabilité des marchés, plus particulièrement l’Office des Marchés tombant sous la tutelle du ministère de l’Agriculture.

Cette institution, créée dans les années pré-indépendance, avait pour but premier d’assurer la stabilité du marché en assurant en premier lieu l’approvisionnement de la pomme de terre. Puis vint, celle des oignons et d’ail. Plus de quarante années après, l’OM s’est cantonné à ce rôle primaire. De nombreux gouvernement ont fait leur transition sans que cette institution – qui d’ailleurs coûte à l’Etat plusieurs millions de roupies provenant de la poche du contribuable – ne soit remise en question.

La situation qui a prévalue depuis plus de six semaines pour ce qui est de l’approvisionnement des légumes, devrait l’interpeller. Mais malheureusement, personne n’ose le faire. Avec la nomination d’un nouveau chairman la semaine dernière – encore un autre nominé politique – nous souhaitons qu’une nouvelle politique va être dégagée et que l’Office des Marchés ne soit plus vu comme un agent importateur de pomme de terre ou d’oignons uniquement.

A l’heure où l’on parle de performance et de modernisation, il est impératif que cet organisme revoit son mode de fonctionnement et devienne, à travers une transparence sans faille, l’institution incontournable pour pérenniser le marché de l’alimentation vivrière à Maurice afin que le petit peuple soir assuré d’un approvisionnement régulier à un prix raisonnable. On fait beaucoup état de sécurité alimentaire de par le monde. L’île Maurice n’est pas à l’abri des pénuries en raison des aléas climatiques. Tout récemment, il y a eu l’importation des légumes dont les carottes par l’Office des Marchés en raison de grosses pluies qui ont calciné les plantations.

Pour parer à de tel cas, l’Office des Marchés pourrait éponger le surplus d’un légume pour le conserver soit en en boîte ou assurer la conservation congelée sous vide, comme c’est le cas pour des importations des petits pois ou autres légumes. Ainsi, ce légume pourra être mis sur le marché en cas de pénurie et par la même assurer une stabilité des prix. De cette manière, l’OM pourra non seulement diversifier ses activités mais aussi devenir le fer de lance dans le monde de l’agro-industrie.

A l’heure où le régime de SAJ joue son va-tout pour faire de l’île Maurice une nation d’entrepreneurs, c’est le moment ou jamais pour que l’OM se jette dans l’arène et encourage des jeunes à faire de l’agriculture et de l’agro-industrie pour assurer leur survie. Au lieu de quémander un emploi dégradant dans la fonction publique.

L’OM ne devrait plus être un organisme où sont casés les paillassons politiques. Elle devrait devenir un organisme professionnel et avant-gardiste, respecté et respectable, de par son nouveau rôle.

Suttyhudeo Tengur
Président
18 mai. 15 Visiter notre web site : www.apec.mu

Posted by on May 19 2015. Filed under Economie, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.