Stoke enfonce encore Chelsea et Mourinho



Une bataille, du sang et des embrouilles. Ce Stoke/Chelsea ressemblait plus à un combat d’UFC qu’à un match de football. À ce jeu-là, les Potters l’ont emporté (1-0). Troisième défaite d’affilée en Premier League pour le Mou, toujours plus menacé.

Il ne fait jamais bon visiter le Britannia Stadium. Il y règne une sorte d’atmosphère accablante, une pression constante sur les visiteurs. Quand on s’y rend, mieux vaut y emmener de véritables belligérants en première ligne. Pourtant, en ce moment, Chelsea ressemble plus à une bête blessée qu’à une équipe prête à affronter le combat proposé par les hommes de Mark Hughes. Mourinho ne s’est pas rendu au stade, suspendu pour avoir insulté le corps arbitral. Mais Diego Costa, maître ès provocations, est bien présent sur le front de l’attaque. Si cette affiche ne fleurait pas le football total, elle nous aura offert une bataille entre d’impétueux « Potters » et de fragiles « Blues ». Arnautović et son joli ciseau se sont chargés d’enfoncer Mourinho et Chelsea. Les Londoniens sont seizièmes de Premier League et perdent leur troisième match d’affilée en championnat. Le paratonnerre Mourinho va-t-il tenir ?
Diego l’embrouille

Dès le coup d’envoi, les « Potters » tentent d’étouffer la bête blessée. Shaqiri envoie une volée au-dessus des cages de Begović. Du coté des « Blues », Hazard semble enfin prêt à oublier son triste début de saison. Au bout de quatre minutes, Diego Costa commence à chauffer toute la défense de Stoke. Du combat, il y en a à Stoke-on-Trent : Pedro explose le nez de Pieters avec un énorme coup de pied. Le défenseur néerlandais reviendra cinq minutes plus tard, avec le visage digne d’un Picasso. Dix minutes suffisent aux supporters de Chelsea pour chanter à la gloire de leur entraîneur resté à l’hôtel. Sur le terrain, Baba, titularisé à gauche est en grande difficulté face à l’homme le plus trapu du monde, Xherdan Shaqiri. Dans ce début de match, l’initiative vient des hôtes du soir. Une domination qui ne plaît pas à Diego Costa, qui continue de rendre fou le public de Stoke. Même le community manager du club s’y met, arguant la simulation de l’attaquant espagnol.

Chelsea se réveille enfin. Sur un contre emmené par Hazard, Ramires manque son pointard. En face, la tactique est rudimentaire. On balance, et Walters met la pression sur la charnière de Chelsea. Glen Johnson se procure la plus grosse occasion du match et fait briller Begović, l’ancien de Stoke City. Les hommes dirigés par Rui Faria en l’absence du Mou se réveillent enfin. À la vingtième minute, Ramires envoie une grosse demi-volée détournée par Jack Butland. Pointé du doigt pour son triste début de saison, Hazard tente de déborder sur son coté gauche. Le Belge envoie un très bon centre que Costa manque d’effleurer. Malgré ces quelques opportunités, l’ennui règne. Ce match ressemble plus à une baston de rue qu’à une rencontre de Premier League. Et dans ce domaine, c’est souvent Diego Costa qui l’emporte. Les Blues mettent la pression, et l’ancien de l’Atlético Madrid se procure quelques occasions. Butland sort une superbe parade sur une frappe croisée de l’attaquant le plus détesté du Royaume. Ce sera le dernier – tout petit – frisson de la première mi-temps.
Chelsea l’a dans le Baba

Les apôtres de l’intensité du championnat anglais sont servis. Dès le retour des vestiaires, Adam continue de bousculer tout ce qui bouge au milieu de terrain, et Glen Johnson balaye Pedro. Une stratégie gagnante : en énorme difficulté depuis le début de la rencontre face à Shaqiri, Baba se place n’importe comment et ouvre le chemin au Suisse. Après un centre de Johnson, Arnautović marque d’un superbe ciseau. Après ce but, Stoke continue d’imposer sa tactique de fighting-spirit. Shawcross provoque Costa avec un coup de coude. L’international espagnol lui répond, à sa manière…

Devant les coéquipiers d’Hazard se dresse une véritable muraille de Stoke. Les joueurs de Hughes jouent désormais en contres : Shaqiri continue de martyriser le pauvre Baba. Absent depuis le début du match, Pedro manque l’égalisation avec une superbe frappe sur le poteau de Butland. Les adjoints de Mourinho décident de lancer Fàbregas et Oscar dans la bataille. Pas sûr que cette rencontre soit faite pour des artistes… Chelsea finit ce match avec Matić en défense. À dix minutes du terme, Hazard manque l’égalisation après une superbe action tout en talonnades dans la surface. Totalement découvert, Chelsea concède des occasions : Walters rate, lui, le but du 2-0, après un contre éclair. Une fin de match de folie. Sur une ouverture de Costa, Loïc Rémy, entré en jeu quelques minutes auparavant, efface Butland, mais glisse au moment de conclure. Ce sera la dernière occasion du match. Chelsea s’enfonce dans les bas-fonds du classement de Premier League. La crise, la vraie.

Posted by on Nov 8 2015. Filed under Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.