Rapport Lam Shang Leen…Le Conseil des religions exprime sa solidarité envers le Premier ministre



Le Conseil des religions a pris note du rapport Lam Shang Leen et note que ce dernier adopte une position similaire à la sienne sur la prise en charge des toxicomanes. Le Conseil des religions accueil le rapport avec beaucoup d’espérance et exprime sa solidarité envers le Premier ministre, Pravind Jugnauth, « pour son audace d’avoir constitué une commission d’enquête et d’avoir publié rapidement le contenu du rapport de la Commission ».

 Voici le communique du COR :

Le Conseil des Religions accueille avec beaucoup d’espérance le rapport de la « Commission d’Enquête » sur le trafic de drogue qui a paru récemment. Nous voudrions féliciter M. Paul Lam Shang Leen et ses assesseurs pour leur patience, leur courage, leur objectivité pendant ces 3 longues années de travail.

Nous voulons aussi dire notre solidarité envers le Premier Ministre l’honorable Pravind K. Jugnauth pour son audace d’avoir constitué une Commission d’Enquête et d ’avoir publié rapidement le contenu du rapport de la Commission. A travers ce document, nous avons pris conscience de la profondeur du mal qui s’est introduit dans notre société mauricienne. C’est un mal qui atteint les citoyens à tous les niveaux, allant jusqu’à déstabiliser certaines institutions, elles-mêmes responsables de combattre le trafic de drogue. Nous espérons que les mesures appropriées seront prises pour empêcher l’avenir des officiers qui exercent de hautes responsabilités à enfreindre le code d’éthique de leur profession.

Devant ce fléau il est important que les institutions religieuses s’engagent elles aussi ensemble pour éradiquer le mal. Le Conseil des Religions, par la voix de ses représentants devant la Commission Lam Shang Leen avait aussi attiré l’attention sur le fait que les drogues synthétiques touchent beaucoup notre jeunesse et contribuent à détruire les valeurs familiales. Le rapport va dans le même sens.  Nous avons aussi souligné que l’addiction était une maladie et qu’il fallait la traiter comme d’autres maladies chroniques. Il est donc important pour nous d’encourager la réhabilitation des toxicomanes et surtout d’entreprendre un travail en amont pour informer notre jeunesse des dangers qu’ils courent. Mais il ne suffit pas d’informer.

Il faut aussi proposer des valeurs morales et un projet de vie qui motive les jeunes à trouver le chemin du bonheur en refusant de se laisser emporter dans le courant des plaisirs imaginaires et factices. Nous sommes choqués de penser que l’argent provenant du trafic de drogues puisse avoir été utilisé pour financer nos partis politiques. Nous pensons donc qu’il est urgent de passer une loi qui contrôle le financement des partis politiques.

C’est avec beaucoup d’espoir que nous accueillons la mise sur pied du Comité Interministériel qui sera appelé à prendre des décisions courageuses et prophétiques. Sans plus tarder il faut finaliser le « National Drug Control Masterplan » qui contient aussi un programme de prévention pour les écoles, lequel est en préparation depuis 2 ans.

Finalement le Conseil des Religions fait un appel à tous les hommes religieux pour que nous puissions nous retrouver la main dans la main et contribuer à une stratégie nationale pour contrer l’action destructrice des trafiquants de drogues. Les hommes religieux ont contact régulièrement avec beaucoup de citoyens.

C’est leur devoir de motiver et d’encourager les personnes à s’abstenir de la drogue comme nous le trouvons dans l’enseignement de plusieurs traditions religieuses. Les hommes religieux ont aussi le devoir d’encourager les volontaires à s’engager dans les actions de réhabilitation. Nous avons accès à tout un réseau de volontaires qui pourraient travailler avec les institutions existantes. Nos différentes traditions religieuses nous encouragent à la compassion. Nous devons montrer concrètement notre compassion envers les malades que sont les toxicomanes et leur tendre une main secourable pour ne pas les laisser tomber dans un gouffre.

Dans ce sens, nous faisons notre la remarque faite par l’ex juge Lam Shang Leen dans son rapport àla page 154 « Make it a point to avoid populist politics and unrealistic promises to turn Mauritius into a drug free island….

With our own slogan : “Hand in hand we can make it »

Père Philippe Goupille

Président du COR

Posted by on Aug 6 2018. Filed under Actualités, En Direct, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.