MARSEILLE, UNE PURGE ET ÇA REPART



L’OM a battu Bordeaux au bout d’un match joué d’abord par une seule équipe, puis plus aucune. À retenir ? Le premier but en Ligue 1 de Kamara et l’expulsion de Kalu sur carton rouge direct. Pour le reste, sans recrues, sans spectateurs et sans jeu ou presque, Olympiens et Girondins ont au moins été cohérents.

« Le premier but, il marque une vie » dit le spot publicitaire ? Alors Boubacar Kamara peut légitimement s’inquiéter pour la suite de ses aventures. Parce qu’une vie marquée par un duel de ventre mou, un mardi à 19h et à huis clos, autant le dire tout de suite, ça ne fait pas franchement rêver. Même la composition inédite dégainée par Rudi Garcia, entre absences et suspensions, n’a pas donné un semblant d’intérêt à ce rattrapage, la faute à des Bordelais sous les minimas. Le genre de match qui ne peut se débloquer que par une tête d’un défenseur central dans les six mètres au bout d’un corner. Le premier but de Kamara en Ligue 1, donc. Et le principal enseignement de cette soirée.

Blanc, rouge, brun, c’est moi le match reporté

Depuis ses forêts de Sibérie, Sylvain Tesson tentait la prophétie : « Le froid, le silence et la solitude sont des états qui se négocieront demain plus chers que l’or » , écrit-il en 2011. Le problème, en 2019, c’est que l’OM et Bordeaux se retrouvent au Vélodrome et qu’à Marseille, demain, c’est loin. Alors pour l’or, il faudra repasser. Trois couleurs dominent plutôt la première période : le blanc, le rouge et le brun. Le blanc de l’OM d’abord, ultra-dominateur avec 65 % de possession de balle à la pause, pour 16 tirs dont cinq cadrés.

Autour d’un Lopez très présent et avec un Germain plus à l’aise pour amorcer le jeu que pour le conclure, Marseille met en valeur un bon Costil (corps devant Ocampos, 7e ; claquette face à Sakai, 30e ; pied contre Germain, 37e ; plongeon sur coup franc dévié de Ćaleta-Car, 41e) jusqu’à la faille trouvée par Kamara. Le rouge et le brun bordelais, ensuite. 25e minute, Samuel Kalu envoie un tacle parfaitement affreux sur Ocampos, qui lui vaut un rouge direct et mérité de la poche de M. Brisard. Et puis il y a le « jeu » des Girondins le reste du temps. À chier, donc.

Les visiteurs reprennent avec une bonne idée, celle de sortir l’inquiétant Cornelius pour Kamano. Et c’est l’entrant qui va animer une seconde période par ailleurs pénible, entre Marseillais sans folie et Bordelais sans génie. En hurlant sur un tacle de Sakai dans un premier temps, mais qui ne vaudra au Japonais qu’un carton jaune là aussi mérité. En touchant la barre de capitaine Mandanda dans un second temps, sur une remise maligne de Briand. Voilà, c’est tout ou presque pour ce début de soirée : les 37 ans de Plašil vont enfin retrouver le banc, Mandanda va faire un arrêt, et Sarr va marquer un but hors jeu, donc refusé. Bordeaux reste la tête dans le seau. Quant à l’OM, à défaut de se rassurer, il gratte trois places pour se glisser entre Strasbourg et Reims. Pas sûr que ce soit suffisant pour marquer la vie de Bouba’.



Marseille (3-4-3) : Mandanda – Sakai, Ćaleta-Car, Kamara – Sarr, Sanson (Sertic, 90e), Lopez, Amavi – Ocampos, Germain, N’Jie (Radonjić, 71e). Entraîneur : Rudi Garcia.

Bordeaux (4-3-3) : Costil – Sergi Palencia, Pablo, Koundé, Poundjé – Otávio (De Préville, 88e), Plašil (Basic, 71e), Sankharé – Briand, Cornelius (Kamano, 46e), Kalu.Entraîneur : Eric Bedouet.

Posted by on Feb 6 2019. Filed under En Direct, Featured, Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.