Occasion en or pour crever l’abcès !



South Africa Airways, Virgin, Ethiopian Airlines, Alitalia, Air Mauritius et presque toutes les compagnies d’aviation du monde se trouvent en zone de grande turbulence découlant de la pandémie du coronavirus. La situation n’était déjà pas reluisante avant la crise sanitaire et maintenant avec le confinement de plus de la moitié de la population mondiale et les avions qui sont cloués au sol, les compagnies les plus fragiles financièrement et économiquement n’ont pas résisté.

Air Mauritius n’est pas en reste et ce n’est nullement une surprise si notre compagnie d’aviation nationale a été mis sous administration volontaire cette semaine. ‘The writings were on the walls’ et il ne faut pas prétendre que la situation aurait pu être autrement si tel ou tel gouvernement était au pouvoir ou si Megh Pillay ou encore sir Harry Tirvengadum étaient aux commandes. Personne n’aurait pu prévoir la pandémie du coronavirus et les ravages qui affectent l’économie mondiale.

Toutefois la situation à Air Mauritius aurait pu être tout autre si des mesures appropriées avaient été prises quand il le fallait. Mais cela dit-il ne faut pas oublier la complexité du sujet car Air Mauritius est surtout un outil indispensable pour l’économie mauricienne qu’on peut classer au même titre que la Central Electricity Board, la Central Water Authority ou encore la Mauritius Ports Authority et la Cargo Handling Corporation Ltd. C’est Air Mauritius qui transporte plus des 50% des touristes qui visitent notre pays et c’est encore Air Mauritius qui assure la livraison de nos exportations vers des destinations lointaines en Europe ou aux Etats-Unis et ailleurs. Donc il n’est pas question que la performance de la compagnie soit comparée à toute autre institution privé dont le profit demeure le seul objectif.

Cependant, ce qui a été dit plus haut ne doit nullement être et devenir un chèque en blanc pour tolérer toutes sortes d’abus et de largesses  donnant lieu à des dilapidations de fonds pouvant mettre en péril l’existence même de l’organisation.

C’est pourquoi ceux qui veulent vraiment voir plus clair ne doivent pas s’arrêter à l’affirmation simpliste qui de dire que si untel était au pouvoir ou à la tête d’Air Mauritius on ne serait pas arrivé là où nous en sommes aujourd’hui.

Durant les vingt-cinq dernières années soit de 1995 jusqu’à ce jour nous avons eu droit à quatorze ans de règne travailliste, cinq ans de gouvernance MMM/MSM et cinq autres de Lalyans Lepep MSM/ML soit de 2015 jusqu’à maintenant. Tous les gouvernements qui se sont succédé ont gardé plus ou moins le même modèle de développement et la même équipe d’administrateurs à la tête d’Air Mauritius. Oublions les lobbys syndicaux, communales, castéistes et racistes qui sévissent au sein d’Air Mauritius, passons sur les interventions politiques qui minent sa gestion et ne parlons pas des nominations et autres promotions encore une fois politiques qui ont cour au Paille-en-Queue Court. Tous les gouvernements sans exception se sont rendus coupables de telles pratiques et n’ont pas eu le courage de prendre les taureaux par les cornes quand il fallait prendre les décisions qui s’imposaient notamment en ce qu’il s’agit du dégraissage du personnel.

Doit-on aujourd’hui revenir sur les scandales politico-financiers qui ont fait trembler la tour de contrôle à un moment à un autre dans l’histoire d’Air Mauritius? Le ‘blame game’ ne servira à rien, car s’il faut remettre sur la table les scandales de la caisse noire, les billets gratuits à vie, le hedging, les contrats alloués dans l’opacité la plus totale on ne sortira pas de l’auberge et sera beaucoup de temps perdu pour rien.

Donc, nous nous retrouvons aujourd’hui devant les faits accomplis, Air Mauritius et en redressement volontaire parce que la compagnie n’est plus en mesure d’assurer le paiement de ses dettes auprès de ses créanciers. C’est une occasion en or et à ne pas rater pour crever l’abcès et apporter des réformes en profondeur afin de sauver ce pan de notre histoire et de notre patrimoine national. Il faut donc se retrousser les manches, s’asseoir à tête reposée, analyser la situation afin que les remèdes qui seront proposés soient adéquats.

C’est pour cette raison que nous ne cesserons pas de dénoncer la posture démagogique de l’Opposition qui s’érige tantôt en prophète de malheur et tantôt en donneur de leçons dans l’unique but d’essayer de marquer des points politiques sur le gouvernement.

La question de dégraissage du personnel reviendra sur le tapis et il ne faudra pas que l’Opposition joue sur l’émotion et tente d’attiser des passions communales pour bloquer le processus de réforme. Un plan de retraite volontaire doit être appliqué comme cela a été fait chez Mauritius Telecom et aujourd’hui vu la situation les syndicats n’ont pas d’autres choix que de jouer le jeu.

On parle aussi d’injection de capitaux de la part des actionnaires et étant donné que l’actionnaire principal c’est le gouvernement ce sera donc aux contribuables de faire les frais. Il faudra donc que le gouvernement donne des garanties solides à la population que cette fois-ci une gestion saine et rigoureuse sera à l’ordre du jour, qu’il n’y aura pas trop d’interventionniste politique et que toute l’organisation sera miss entre les mains des gens honnêtes, capables et méritants.

Par ailleurs quand nous parlons de plan de retraite volontaire, il ne faut pas que ce soit uniquement ceux au bas de l’échelle qui sont concernés car au contraire nous pensons qu’il faut d’abord s’attaquer à la tête et ensuite aller plus loin. Plusieurs membres de l’actuel management d’Air Mauritius ont fait leur temps et ils sont trop impliqués dans cette gestion à l’ancienne qui fait la part belle aux magouilles et à l’opacité pour qu’ils demeurent à leur poste. Il faut qu’ils débarrassent le plancher et surtout pas de golden handshake indécent dans la conjoncture actuelle. Mais il y a des éléments valables qui servent la compagnie dans certains cas depuis plus de 40 ans.

En janvier dernier, le gouvernement avait nommé le CEO de Mauritius Telecom, Sherry Singh à la tête d’un Transformation Committee pour Air Mauritius. C’est une personne extrêmement capable qui peut mener ce projet de réforme à bon port si on lui accorde les moyens. Sa tâche est devenue plus facile avec la situation actuelle car maintenant, il aura la voie libre.

Il sera un allié de taille aux administrateurs actuels.

Terra Del Fuego

Posted by on Apr 29 2020. Filed under Actualités, Economie, Featured, Société. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.