Alan Ganoo : « On ne peut s’arroger le droit de retirer un gouvernement par la force ou par la violence »



« C’est le peuple qui décidera démocratiquement s’il faut mettre le gouvernement dehors »

« COVID-19… Aucun gouvernement n’aurait pu faire mieux »

« Il y a des ‘vested interests’ et des forces occultes qui soutiennent Bruneau Laurette, pour leur propre intérêt égoïste »

« Aujourd’hui, Bruneau Laurette n’est plus un danger pour quiconque. Il va bientôt mourir politiquement »,

Nous reproduisons ci-dessous un extrait de l’entretien du ministre du Transport, Alan Ganoo. Le ministre était en effet face à Jimmy Jean-Louis ce vendredi 25 septembre sur les ondes de Wazaa FM. Parmi les sujets abordés : le fait que le gouvernement remonte la pente dans le sillage de la Covid-19 et de la catastrophe du MV Wakashio, l’Opposition en perte de vitesse, le déclin de Bruneau Laurette et de son mouvement, et le gouvernement qui compte continuer sus sa lancée avec de nombreux projets pour le peuple mauricien.

Alan Ganoo devait s’attaquer d’emblée à la perception que le gouvernement est affaibli depuis novembre 2019. Pour lui, il y a eu une série de malchances, comme la Covid-19 et la catastrophe du Wakashio, des problèmes que personne ne pouvait prévoir. « Or, nous avons pu surmonter ces problèmes », devait-il souligner. « Le gouvernement a fait ce qu’il fallait faire. Aucun gouvernement n’aurait pu faire mieux. »

« Le gouvernement est au creux de la vague. Mais il n’y a aucun doute que nous remontons la pente », devait expliquer Alan Ganoo. « Quel gouvernement n’a jamais commis d’erreur ? », devait-il demander. « Quid des erreurs commises par le PTr, qui ont fait qu’ils ont perdu les élections de 2014 ? », devait s’interroger Alan Ganoo.

Il a abordé la légitimité du présent gouvernement. « Le peuple avait le choix entre Bérenger, Ramgoolam et Pravind Jugnauth comme Premier ministre. Il a jeté son dévolu sur ce dernier. C’est un choix du peuple », devait-il asséner. « À chaque fois que le PTr perd les élections, il les conteste en Cour suprême. Ce qui est toutefois surprenant, c’est que le MMM s’est laissé entraîner dans cette histoire. Le PTr et le MMM se sont attaqués à la Commissaire électorale et au commissaire, en contradiction avec ce que Bérenger avait toujours dit, à l’effet qu’il ne fallait jamais s’attaquer à ces institutions », devait-il dénoncer.

Une convergence de la frustration

Comment explique-t-il le fait qu’il semble avoir une certaine contestation contre le gouvernement ? « La situation économique devient plus difficile. De nombreuses personnes ont perdu leur emploi. Puis, il y a eu le Wakashio, où de nombreux jeunes se sont sentis interpellés par des questions portant sur l’environnement. Ce qui a donné lieu à une convergence des frustrations menant à une – je dis bien une seule – manifestation de masse. Sachant jauger les foules, je peux dire qu’il y avait eu environ 35 000 personnes présentes dans cette manifestation », analyse-t-il. « L’Opposition ne s’est pas privée de surfer sur cette vague de mécontentement », devait-il ajouter.

Il tient à condamner sévèrement «La violence associée avec le slogan ‘B**r zot dehors’ ». « On ne peut s’arroger le droit de retirer un gouvernement par la force ou par la violence. Le gouvernement a été élu démocratiquement. C’est à l’électorat de décider s’il faut mettre le gouvernement dehors durant les prochaines élections », critique-t-il. « Car le gouvernement a plusieurs projets en chantier en faveur du peuple mauricien », devait-il annoncer.

Une Opposition en perte de vitesse, et qui se dissocie de Bruneau Laurette

Il pense que l’Opposition est en train de prendre ses distances de Bruneau Laurette. « On n’a pas vu leurs ombres à Mahébourg. Ils ont rapidement constaté que Bruneau Laurette n’a aucune considération pour eux », analyse-t-il.

En ce qui concerne Bruneau Laurette, il pense que le mouvement de ce dernier a des visées politiques.  « Il y a des ‘vested interests’ et des forces occultes qui soutiennent Bruneau Laurette, pour leurs propres intérêts égoïstes », affirme-il.

Selon lui, Bruneau Laurette s’est discrédité par ses décisions, notamment par sa décision d’aller manifester devant la demeure du PM. « Aujourd’hui, Bruneau Laurette n’est plus un danger pour quiconque. Il va bientôt mourir politiquement », conclut-il.

Comment perçoit-il la plateforme commune de l’Opposition ? « Cette union des partis de l’Opposition ne nous fait nullement peur », explique-t-il. « Je crois que Bérenger a honte de retourner avec le PTr. Ce même Bérenger entre dans un simulacre d’alliance avec le PTr et le PMSD. Ceci après tout ce que ce même Bérenger avait dit contre le PMSD dans le passé », constate-t-il. 

Selon lui, dit-il, les instances internes des trois partis de l’Opposition sont contre cette alliance hétéroclite, tandis que le peuple lui-même voit d’un mauvais œil cette alliance. « C’est une alliance raccommodée de toutes pièces, et qui ne va pas durer », jette-t-il.

« Il y a un énorme vide dans l’Opposition. Bruneau Laurette est apparu pour un certain temps comme un leader qui a pu combler le vide, mais cela n’a été que pour un temps », explique-t-il. « Valeur du jour, il n’y a aucun challenger crédible contre Pravind Jugnauth. Les leaders des partis de l’Opposition sont dépassés, discrédités, usés », affirme-il.

Appel à l’unité nationale

Il a fustigé l’attitude des leaders des formations de l’Opposition, qui exagèrent sciemment la portée des problèmes, etqui agissent comme des « prophètes de malheur ». « Or, cela est en train de porter atteinte à l’unité nationale », juge-t-il.

Pour conclure, il a lancé un appel à tous les Mauriciens de bonne volonté, de tous bords politiques, de ne rien faire qui puisse mettre en péril l’harmonie du pays. « Alors que le pays traverse un moment difficile, il y a des pyromanes qui sont en train de déstabiliser le pays. La survie de Maurice ne sera assurée que s’il y a l’unité nationale », devait-il conclure.

Encadrement

Le gouvernement vient avec plusieurs projets pour les démunis

Alan Ganoo devait aussi faire ressortir que durant un seul jour, à l’occurrence lors du dernier Conseil des ministres, le gouvernement est venu avec trois projets dans l’intérêt de ceux au bas de l’échelle.

Premièrement,  en ce qui concerne les artistes, il y aura une augmentation des ‘Royalties’ perçues par ces derniers. Deuxièmement, en ce qui concerne les vieilles personnes qui sont restées en dehors du territoire pour plus de six mois et qui ont vu la suppression de leurs pensions de vieillesse, le gouvernement a pu faire une dérogation à la loi, pour que ces dernières puissent continuer de recevoir leur pension. Troisièmement, en ce qui concerne les employés du transport en commun, il y a aura une allocation additionnelle de Rs 1 000, qui prend effet fin septembre 2020. Cette allocation concerne 6 400 employés environ.

Il a aussi annoncé la construction de 12 000 logements sociaux dans les semaines à venir. Ce sera un projet sans précédent à Maurice, car « Jamais un gouvernement n’a jamais fourni autant de subsides pour ces logements sociaux », selon Alan Ganoo.

Posted by on Oct 6 2020. Filed under Actualités, Société. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.