Syndicalistes, observateurs politiques et politiciens…



« Les fonctionnaires et travailleurs du secteur privé méritent pleinement leur boni de fin d’année »

  •  Ils rappellent que le 13e mois est un droit acquis des travailleurs dans son ensemble

Le paiement du 13e mois est entré dans les mœurs mauriciennes depuis des années. Il faut dire qu’il a fallu de longues batailles menées solidairement et conjointement par toutes les centrales et fédérations syndicales qui existaient à l’époque avec incontestablement la Fédération des Syndicats du Service Civil (FSSC) à l’avant-garde. Pendant cette période, les syndicats ont mené des actions dans les rues pour que leurs demandes du 13e mois soient agréées par le gouvernement. Depuis que cette loi du paiement du 13e mois est entrée en vigueur, les employeurs du secteur public et privé respectent toute la loi afin de payer un treizième mois de salaire à leurs employés.

Ce boni représentant est payable au plus tard le 22 décembre de chaque année et le reste doit, impérativement, être réglé au plus tard le 31 courant. Pour certains, des politiciens qui se trouvaient dans l’opposition ont directement ou indirectement contribué pour que les travailleurs du secteur public aussi bien que ceux du secteur privé puissent obtenir ce fameux 13e mois ou boni. Ce qui permet à ces derniers d’effectuer des dépenses excédentaires incontournables qu’occasionnent les festivités de fin d’année.

Au cours des années précédentes, le gouvernement ainsi que le secteur privé n’éprouvaient pas des difficultés pour payer le 13e mois à leurs employés car la situation économique était plus ou moins stable (pour ne pas dire florissante) et cela leur permettait de respecter les lois et d’honorer leur engagement envers les travailleurs du pays en terme du paiement du boni.

Or, cette année, la situation économique est complètement différente par rapport aux années précédentes pour plusieurs raisons. Il n’est pas un secret pour personne que la pandémie de la Covid-19 a non seulement grandement bouleversé la vie des Mauriciens, mais a aussi largement affecté les principaux secteurs économiques du pays. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’industrie touristique et ses employés sont très affectés par cette pandémie à un tel point que le gouvernement se voit non seulement dans l’obligation d’introduire des ‘schemes’ pour payer ceux qui ne travaillent pas, y compris les marchands ambulants et chauffeurs de taxis mais aussi d’aider et financer les hôtels afin de relancer ce secteur qui demeure l’un des principaux piliers économiques de notre pays.

Il faut aussi souligner que le naufrage du Wakashio, qui a également affecté directement ou indirectement l’économie de notre pays, a eu un effet négatif sur l’écosystème marin et la pollution de l’environnement. Et, le gouvernement continue à débourser de l’argent pour payer les pêcheurs, qui ne travaillaient pas.

Quoi qu’il en soit pour bon nombre des syndicalistes, observateurs politiques, sociologues et politiciens, le gouvernement est condamné à payer le 13e mois pour diverses raisons, bien qu’il fait face à des difficultés financières. Ils sont d’avis que le boni est un droit acquis pour les travailleurs du secteur privé et public et est légal. Selon eux, le gouvernement et le secteur privé doivent impérativement honorer leur engagement vis-à-vis des travailleurs, peu importe la situation économique du pays. « On a voté une loi sur le paiement du 13e mois pour ceux qui ont travaillé pendant 12 mois consécutivement. C’est le droit acquis des travailleurs. Ces derniers méritent amplement le 13e mois », estiment-ils.

Hors texte

Renganaden Padayachy : «  Le boni de fin d’année est un droit pour tous les employés »

A l’issue de la clôture de la première session d’échanges avec des organisations du secteur privé, qui a eu lieu mercredi dernier, le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, a déclaré que : « Contexte difficile ou pas, le boni de fin d’année est un droit pour tous les employés selon la loi ».

Le ministre des Finances a également affirmé ceci à la presse concernant la capacité des employeurs à payer le boni de fin d’année : « Chaque mois, les employeurs doivent prévoir un fonds pour cette prime. Ce n’est pas le dernier mois de l’année qu’il faut prévoir ce paiement », dira le Grand Argentier.

Soulignant que notre économie actuelle est basée sur la demande locale, Renganaden Padayachy a aussi indiqué que : « Le boni de fin d’année est aussi important pour la croissance économique. Cela aidera à maintenir la demande durant la période de fin d’année où il y a un boom dans la consommation et d’autres activités économiques ».

*    *       *

Réactions

Suraj Ray : « Je n’ai aucun doute que Sherry Singh honorera son engagement et paiera le 13e mois à ses employés »

Le président du MACoSS, Suraj Ray, qui est également président de la Telecom Employees and Staff Association (TESA), a d’emblée rappelé que Maurice ainsi que les autres pays du monde ont énormément souffert de la pandémie de la Covid-19. « Maurice en tant qu’un pays insulaire n’a pas de ressources, à part les ressources humaines », a-t-il ajouté.

Suraj Ray a ainsi loué les initiatives du Premier ministre, Pravind Jugnauth qui a su bien gérer la pandémie de la Covid-19, malgré les critiques et attaques de part et d’autre. « C’est sous son leadership et grâce à sa détermination que Maurice est reconnu comme un pays ‘Covid safe’ », dira-t-il

Suraj Ray a affirmé qu’il comprend non seulement l’observation et l’inquiétude du Premier ministre, à l’égard de la situation économique du pays, mais aussi l’attente des travailleurs concernant le paiement boni de fin d’année. Mettant l’accent sur l’ouverture de notre frontière, il a souhaité que la situation retourne à la normale graduellement pour le bien-être du pays, des employés de l’industrie touristique et de la population.

Cependant, le président du MACoSS a fait ressortir que la loi fait une provision pour le paiement du 13e mois. A cet effet, il a affirmé que le secteur public et privé doit comprendre que le 13e représente un droit acquis pour les travailleurs dans son ensemble et a souhaité que les autorités concernées fassent un effort nécessaire malgré la situation économique difficile auquel fait face le pays depuis quelques mois. Déclarant que le gouvernement a voulu préserver l’emploi et a accordé  des grosses sommes d’argent au secteur privé pour relancer les entreprises, il a fait ressortir que plusieurs travailleurs ont perdu leurs emplois pendant la période de confinement. « Ces derniers se trouvent dans une situation difficile et ils attendent avec impatience leur 13e mois pour faire des achats et célébrer la Noël et l’année en attendant la reprise de l’économie. J’espère que les travailleurs ne seront pas déçus », a-t-il maintenu.

A une question concernant Mauritius Telecom, le président de la TESA a répondu que les relations entre les employés et les responsables de la  MT sont au beau fixe depuis l’arrivée de Sherry Singh à la MT. Suraj Ray a ainsi laissé entendre qu’il n’a aucun doute que la direction de la MT et son Chief Executive Officer (CEO), Sherry Singh, honoreront leurs engagements vis-à-vis de leurs employés et que ladite compagnie accordera le 13e mois à ces derniers.

Dans la foulée, il a profité de l’occasion pour féliciter le CEO du MT et son équipe qui, dit-il, ont consenti des efforts exceptionnels pour rassurer les services (en termes d’Internet et téléphonie), entre autres, aux abonnés de la MT, mais aussi aux autorités concernées (hôpitaux et centres de quarantaine, etc…) et ce pendant la période de confinement.

Deepak Benydhin :  “ Les employeurs ont la capacité de payer le boni de fin d’année »

Le président de la Confederation of Independent Trade Unions (CITU), Deepak Benydhin, a affirmé que le gouvernement doit obligatoirement payer le 13e mois. « Légalement le secteur public et privé doit payer le 13e mois aux travailleurs », dit-il.

Poursuivant le syndicaliste a laissé entendre que les travailleurs du secteur public et du privé attendent avec beaucoup impatience le boni de fin d’année, qui a certes, un effet multiplicateur sur la vie des travailleurs. « Banne familles zotte faire ene budget pour acheter livres, uniformes pour zotte enfants, ena acheter linges et d’autres acheté banne meubles et banne produits électro ménagers, ena aussi zotte faire banne provisions nécessaires pour accueille banne famille pour fête la Noël et fin d’année ensemble avec zot proches et amis », dira notre interlocuteur qui a fait comprendre que le 13e mois est un grand soulagement pour les travailleurs du pays.

Selon les dires, du président de la CITU, le gouvernement n’a pas lésiné sur les moyens pour aider les employeurs du secteur privé pendant la période de la Covid-19. Pour lui, les ces derniers ne peuvent pas toujours sortir gagnants. « Les employeurs ont la capacité de payer le boni de fin d’année », a-t-il.

Par ailleurs, Deepak Benydhin a fait ressortir que les travailleurs du secteur privé et public ont fait un énorme sacrifice au cours de l’année. « Zotte finne serre ceinture presque tout au long de l’année et mérite pleinement le 13e mois », estime-t-il. 

Danielle Selvon : « Les travailleurs attendent le 13e mois pour fêter la Noël et l’année en familles »

L’ancienne députée de la circonscription No 1 (Port-Louis Ouest/ Grande Rivière Nord-Ouest, Danielle Selvon, est d’avis que le gouvernement ainsi que le secteur privé sont obligés de payer le 13e mois malgré la situation économique difficile auquel le pays fait face.

Pour étayer ses dires, elle a fait ressortir que la population ainsi que de nombreux employés ont souffert au cours de ces derniers mois en raison de la pandémie de Covid-19. De ce fait, notre interlocutrice a fait comprendre que les autorités concernées ne peuvent se plaindre et devront payer le 13e mois aux employés faisant partie du secteur public et privé. Il a ainsi soutenu que : « Banne travailleurs zotte fié beaucoup ça 13e mois pour faire banne achats pour la fête de fin d’année et pour zotte amuse zotte pendant ça période-là ».  Elle a aussi déclaré que ceux qui bénéficient d’une allocation d’environ Rs 5 500 par mois avec la Mauritius Revenue Authority (MRA), méritent également un treizième mois.
« Si gouvernement pe accorde par milliards pou banne hôtels et capave paye environ Rs 400 millions pour Liverpool, mo croire qui li bien capave accorde ene boni de fin d’année à banne travailleurs », a insisté l’ancienne députée de la circonscription No 1.

Elle a aussi déclaré que le gouvernement et les autorités concernées doivent se réinventer et se pencher sur des nouveaux piliers pour relancer son économie qui lui permettra de mieux se pencher et de continuer d’améliorer le sort des travailleurs et ne pas se plaindre pour accorder le treizième mois à ces derniers. «Ils doivent avoir et miser sur un plan B pour ne pas pénaliser les travailleurs de notre pays », estime-t-elle.

Ibrahim Koodoruth : « Situation difficile ou pas, le gouvernement et le secteur privé sont condamnés à payer le 13e mois »

Le sociologue, Ibrahim Koodoruth est d’avis que le gouvernement et les responsables du secteur privé ont suffisamment d’argent pour accorder le 13e mois aux travailleurs de notre pays. Il a déploré le fait qu’on dit aux employés de faire des efforts nécessaires et qu’on est en train de soutirer les hommes du secteur privé en leur accordant des milliards des roupies. Soutenant que les parlementaires continuent de bénéficier du ‘duty free’ pour l’achat de leurs voitures et mettant  l’accent sur la somme accordée aux différents hôtels de l’île, notre interlocuteur se demande pourquoi ce sont toujours les fonctionnaires et les travailleurs du secteur privé qui doivent toujours payer le ‘pot cassé’. « On ne peut remettre en question le paiement du 13e mois aux travailleurs. Quoi qu’il en soit, ces derniers doivent obtenir le 13e mois », estime-t-il.

Par la même occasion, notre interlocuteur n’a pas mâché ses mots à l’égard du secteur privé. « C’est banne patrons qui représentent le secteur privé qui banne vrais assistés. Zotte profite faiblesse gouvernement et banne situation pareille couma Covid-19 pour menace fermeture zotte entreprises et agir couma banne vrai assisté pour gagne casse avec gouvernement et par la suite zotte jouir ca casse là. Si banne la gagne gros casse avec gouvernement, mo pensé qui gouvernement et secteur privé éna aussi casse pour paye boni pou banne travailleurs », dira Ibrahim Koodoruth qui a maintenu que : « Situation difficile ou pas, le gouvernement et le secteur privé est condamné à payer le 13e mois pour leurs employés ».

Posted by on Oct 13 2020. Filed under Economie, Opinion, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.