AFFAIRE FREYMOND…Quand l’appât du gain va à l’encontre du patriotisme et de la décence humaine !



Des enregistrements audio et CCTV clouent l’avoué Preetam Chuttoo au pilori dans cette nébuleuse affaire !


Souvent dans la presse mauricienne, d’apprentis sorciers sont menés en bateau croyant dénicher là du sensationnel. Finalement, ils sont à la merci de sources douteuses qui les manipulent à leur guise et utilisent ainsi leurs colonnes pour faire publier leurs versions des faits ou leurs demi-vérités … afin de servir leurs intérêts pervers. 

Comme dit l’adage, les apparences sont souvent trompeuses, et il s’avèrerait que ce soit malheureusement une fois de plus vraie! 

Quand on imagine un financier genevois, gérant de fortune, mécène et philanthrope, on se dit qu’Éric Freymond doit être une personne distinguée et galante.  À contrario, dès qu’un petit mauricien prospère et qui s’est construit une image intègre, on se dit que celui-là c’est sûrement un escroc.

Mais la vie nous apprend que, comme on dit, l’habit ne fait pas le moine. Et il est triste que nous ne pensions cela de nos propres compatriotes, mettant sur un piédestal des étrangers aux airs prétentieux qui utilisent ensuite notre île pour enterrer à jamais leurs squelettes. Mais comme l’affirme Dalida, c’est fini la comédie !

Vous l’aurez bien compris, dans ce véritable labyrinthe de montages opaques et subterfuges, il se confirme un peu plus chaque jour que la vérité est toute autre. Au cours des prochains numéros de cette rocambolesque histoire, nous nous efforcerons de vous peindre, le plus fidèlement possible, le portrait de tous les acteurs sans scrupules qui se sont agrippés à l’Affaire Freymond et ne veulent pas lâcher prise. 

Comme nous l’avons mentionné dans notre édition de dimanche dernier, quand Éric Freymond vint gentiment frapper à la porte de Ramalingom Rungassamy, alias Mamé, et de son épouse Reine-Guy, pour réclamer son argent, le couple Rungassamy s’est empressé d’accuser Ramen Sawmynaden d’avoir tout détourné, abusant de sa capacité de conseiller financier. Et quand il s’agit de blanchiment d’argent, l’on ne peut aller ouvertement, cartes sur table, devant les autorités. Que faire face à un tel dilemme ? 

Une fois encore, Mamé a pensé avoir trouvé lui une solution miracle !  Faire affaire avec des gens sans scrupules ni moralité, des rapaces gourmands et véreux, prêt à tout pour l’argent. Que voilà un dur jugement nous direz-vous ! Lisez donc la suite… 

Le Portrait de cette édition : « Lavoué controversé », Preetam Chuttoo !

Un as des loopholes

Dans nos précédentes éditions, nous nous sommes attardés sur le rôle intriguants de quelques personnages. Parmi l’on retrouve : Mahendra Ghumundee, Jenssy Sabapathee, Ken Gosinghen Sabapathee, Yash Bhadain et Preetam Chuttoo entre autres. Tous ces noms sont mentionnés dans divers litiges devant la justice actuellement. Parce que l’histoire nous fournit une perspective cruciale pour comprendre le présent, notre enquête nous fait revenir en arrière, aux débuts de cette affaire, pour apprécier le rôle qu’aurait joué et joue toujours Preetam Chuttoo.

Depuis qu’il a rejoint le dossier du côté des Rungassamy en 2015, par l’entremise de Mahendra Ghumundee et Jenssy Sabapathee, le modus operandi de Preetam Chuttoo et de ses compères fait froid au dos. On y retrouve des campagnes de dénigrement et attaques personnelles par la publication d’articles diffamatoires dans le sillage de chacune de leurs actions. « L’avoué controversé » fait usage de tout manquement et de tout loophole afin de donner des dépositions auprès des autorités telles que la Police, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) ou encore l’Integrity Reporting Services Agency (IRSA), pour n’en citer que quelques-unes. Avec pour résultat… un zéro pointé !  

Il nous vient que des officiers étant intervenus sur le dossier qu’à l’heure où nous ne mettons la plume au papier, les différentes autorités sont satisfaites des explications données par Ramen Sawmynaden quant à sa supposée innocence. Il nous survient également que dans son rapport daté le 16 avril 2019, l’IRSA relate, qu’après examen de tous les avoirs de Ramen Sawmynaden ainsi que ceux de ses enfants, l’IRSA n’a rien trouvé de compromettant au sujet du financement de leurs biens. Elle a conclu être satisfaite que leurs biens ne tombaient pas dans la catégorie de ceux acquis au moyen de financements illicites. 

Quelle drôle d’histoire !

Comment est-ce possible qu’un tel retournement de situation se produise ? De quoi faire douter plus d’un !  Mais qui retrouve-t-on au centre de la dénonciation à l’IRSA ? Nul autre que Preetam Chuttoo… Serait-ce là une pure coïncidence ? À nos lecteurs d’en juger…D’autant que cela empeste de plus en plus le coup monté.

Toutefois, s’il nous fallait énumérer toutes les manigances de cet individu « controversé », nous y serons encore à la fin de l’année. Cependant, avant d’en arriver à ce qui nous intéresse le plus, permettez-nous de vous relater un fait troublant.

Alors qu’il assistait les Rungassamy à répondre à une des plaintes que Ramen Sawmynaden a logées contre les Rungassamy, Preetam Chuttoo a attaché dans un affidavit juré en Cour de justice par ses clients le 3 novembre 2016, d’une part, la copie d’une déposition de Reine-Guy Rungassamy, où il avait accompagné cette dernière, à l’encontre de Ramen Sawmynaden sur un supposé détournement d’une somme de Rs 39 millions. 

Des millions… encore des millions avec ceux-là !

D’autre part, on y trouve aussi un communiqué de l’American Hospital of Paris, signé par le Docteur Hervé Zylberberg, qui fait part que Mamé souffre « dune diminution de ses capacités physiques et intellectuelles… » et souligne également les troubles de jugement et l’incapacité de ce dernier à prendre des décisions administratives sans recours à un tiers.

Malgré cela, comment se fait-il que Preetam Chuttoo, un avoué, ait accompagné sa cliente à une déposition aux Casernes centrales alors que cette dernière avait déjà son avocat mais encore qu’il fasse Mamé jurer un affidavit en Cour de justice, alors qu’il est conscient que les capacités intellectuelles et de jugement de ce dernier sont considérablement diminuées ? Nous vous demandons, est-ce éthique ? Aurait-t-il profité de la faiblesse et de l’ignorance de ses propres clients afin de servir ses intérêts ? 

Et l’on ne s’arrête pas là. 

C’est pendant qu’ils assistaient les Rungassamy que Jenssy et Ken Sabapathee, Mahendra Ghumundee et Preetam Chuttoo comprirent que l’argent appartenait supposément à Éric Freymond. Alors que les Sabapathee et Preetam Chuttoo auraient touché de considérables sommes pour supposément représenter les Rungassamy, voilà qu’ils se rangent tous maintenant du côté du Suisse. N’y a-t-il pas la matière a enquête pour conflits d’intérêts ? Il semblerait que oui…sauf que nos compères s’en fichent royalement de ce « petit détail »…du moment qu’ils sont grassement payés !

Après maintes pressions, Preetam Chuttoo, les Sabapathee et Mahendra Ghumundee finirent par réussir à faire signer deux Protocoles d’Accord entre les Rungassamy et Éric Freymond, qui stipulent que les Rungassamy avaient effectivement été payés par Éric Freymond pour l’acquisition de leurs biens à l’île Maurice, qu’ils se déclaraient maintenant prêts à mettre en vente ou à transférer tous les biens existants à Maurice, acquis au travers des fonds d’Éric afin de rembourser intégralement ou partiellement ce dernier, et enfin qu’ils acceptaient de donner à Jenssy Sabapathee une procuration irrévocable pour réaliser les ventes ou transferts en question. Et qui découvre-t-on comme avoué d’Éric Freymond et de Jenssy Sabapathee? Preetam Chuttoo bien sûr.

Or, les deux prétendus Protocoles d’Accord sont eux aussi postérieurs au certificat médical de Mamé du Dr Hervé Zylberberg et Preetam Chuttoo, un avoué, ne peut pas nous faire croire qu’il ne connaît pas le contenu problématique et l’implication financière des deux Protocoles qui, vous le voyez bien, ont été signés contrairement aux principes légaux admis ; sans oublier que Preetam Chuttoo savait pertinemment que les facultés de raisonnement de Mamé étaient diminuées. 

Il devrait être évident pour n’importe qui, et surtout un avoué, que Mamé n’avait pas les capacités mentales requises pour comprendre le contenu et les conséquences des Protocoles. Si cela avait été le cas, il n’aurait évidemment pas signé de tels accords, selon lesquels il reconnaît une dette de plusieurs millions de francs suisses et s’engage à aligner et/ou renoncer à l’ensemble de ses actifs actuels et futurs en vue du remboursement de ces dettes, allant même jusqu’à engager des actifs qu’il ne possédait pas.

D’après un document légal que nous avons en notre possession sur lequel nous reviendrons, il est précisé que dans de telles circonstances, les engagements pris par les Rungassamy sont si considérables, qu’ils privent excessivement ces derniers de leur liberté de décision pour l’avenir. Ces engagements ont conduit les Rungassamy à renoncer à leur liberté économique, au profit d’Éric Freymond, au point que leur propre existence économique est gravement menacée. 

Violation flagrante des devoirs professionnels

Revenant à Preetam Chuttoo, il est évident que ses actes sont en violation flagrante des devoirs professionnels qui incombent à tout avoué, à savoir, agir au mieux des intérêts de son client, agir avec honnêteté et intégrité, s’abstenir de se comporter d’une manière susceptible de diminuer la confiance que le public accorde à son homme de loi et à la profession et à garder les affaires de chaque client privées et confidentielles. Et cest fort de ces Protocoles dAccord, que Jenssy Sabapathee et Preetam Chuttoo ont fait servir, sur supposées instructions d’Éric Freymond, deux Mises en Demeure réclamant à Ramen Sawmynaden les sommes de Rs 3 milliards et Rs 400 millions.

Mais cela me direz-vous va à l’encontre même de l’éthique et des bonnes mœurs ! Oui… mais encore une fois, pour les véreux, ce n’est qu’un « petit détail ».  Alors donc, comment se fait-il qu’un avoué puisse agir ainsi en toute impunité nous demanderez-vous ? Où sont les autorités ? Agrippez-vous bien car c’est là que l’histoire se corse !

Puisque cette question, Ramen Sawmynaden aussi se l’est posée et c’est pour cela qu’il a logé une plainte auprès de la Mauritius Law Society (MLS). Dans ses plaintes que nous avons en notre possession, Ramen Sawmynaden dénonce les agissements et fautes professionnelles graves de Preetam Chuttoo contre ce dernier. En effet, nous apprenons que Preetam Chuttoo et Jenssy Sabapathee harcelaient tous deux Ramen Sawmynaden afin de négocier un settlement, sans avoir recours à l’intermédiaire des hommes de lois de Sawmynaden. Étrange, pourquoi donc ? Mystère et boule de gomme ! 

Et qu’a fait Preetam Chuttoo ? Eh bien l’on se rappelle tous de cette déclaration faite au CCID par Preetam Chuttoo en 2019 pour complot allégué, impliquant aussi un autre homme d’affaires, dans le but de nuire à sa réputation professionnelle. Preetam Chuttoo était même allé jusqu’à déclarer sur une antenne nationale qu’il n’a JAMAIS rencontré Ramen Sawmynaden en personne. Est-ce vrai ? Est-ce là un coup monté pour faire plonger Preetam Chuttoo ? Notre enquête nous révèle que NON

Pourquoi donc mentir ? Eh bien, notre avoué connaît pertinemment bien que la MLS ne prendra aucune mesure disciplinaire contre lui tant qu’il y aura une enquête policière. Preetam Chuttoo a donc décidé de crier au complot afin de s’en servir comme échappatoire. Il est futé le petit furet. 

Or, il survient maintenant un petit revirement auquel il ne s’y attendait alors là vraiment pas. Dans lesdites plaintes, Ramen Sawmynaden a fourni des preuves accablantes à l’encontre de l’avoué. 

Plaintes de Sawmynaden à la Mauritius Law Society


En effet, il semblerait que Ramen Sawmynaden ait enregistré cet avoué, dans ses bureaux lors de son impromptu visite. S’étant longtemps tu dessus, il s’avère qu’il ne comptait point s’en servir contre Preetam Chuttoo mais les mensonges de ce dernier lui ont forcé la main. Et quelles preuves nom de Dieu ! Il aurait mieux fait de se taire le fameux « avoué controversé ».

Tout d’abord, les caméras de surveillance CCTV montrent clairement Preetam Chuttoo entrant dans le bâtiment où se situent les bureaux de Ramen Sawmynaden à 17.30 et quittant les lieux à 18.53. Il est clair que quand Preetam Chuttoo déclare n’avoir JAMAIS rencontré quelqu’un, sa définition du mot « jamais » est problématique. Par ailleurs, qu’a-t-il bien pu discuter ? Qui plus est pour quasiment une heure et demie !  Eh bien, cela aussi on le sait par les enregistrements que Ramen Sawmynaden a inclus dans sa dernière plainte auprès de la MLS et copies envoyées à diverses autorités telles que le chef juge, le Directeur des poursuites publiques, entre autres.

Nous sommes d’humeur généreuse. Parmi toutes les perles trouvées, et il y en a tant, nous allons tout de même partager ci-contre avec vous nos lignes préférées. Entre autres, Preetam Chuttoo déclare ouvertement : ‘mo travay pou Jenssy mwa. Mo get so lintere.’ (Je travaille pour Jenssy moi. Je regarde ses intérêts) Euh non Preetam, votre client c’est Éric Freymond ! Ce sont ses intérêts qu’il vous faut prendre à cœur.

Ou encore, à la question de l’autre partie présente, se référant à Jenssy Sabapathee, ‘Madam-la ki pe rode ?’ (Que veut la dame ?), notre avoué va declarer, ‘B li pe rod kas, […]Ki li pe rode ? (Rires) Li pe rod mari bokou kas. (Rires)[…] Parski, ou pou trouve dan soz la, dan bann mise en demeure-la, nou pe koz… 3 milliards ladan. Lerla li, li pe rod 10 % li.’ (Mais elle veut de l’argent, […] Que veut-elle ? (Rires)Elle veut beaucoup d’argent. (Rires)Parce que, vous verrez que dans les…les Mises en Demeure, on parle de Rs 3 milliards dedans. Alors, elle, elle veut 10%). Oui, nous vous le confirmons. Ne vous en faites pas. Nous aussi, nous avons eu un choc. Vous n’êtes pas aveugles. Ces rapaces demandent 10 %, donc Rs 300 millions à Ramen Sawmynaden. Et ensuite Preetam Chuttoo qui ose rire en annonçant cela ?

Et cela ne s’arrête pas là. Voyez les propos de Ramen Sawmynaden, ‘B finalman, si mo konpran bien, Jenssy ti pe travay pou monsieur ek madam Rungassamy avan. Linn bien gagn larzan avek zot. […] Et puis, li kit Rungassamy, li al travay pou Freymond….[…] Maintenant, si monn konpran bien, li pou les Freymond tonbe, li pou vinn get mwa aster kont larzan. […]B li grav…Donk ninport ki dimounn maintenant… ninport ki dimounn ki ena enn sans de… honnêteté pa pou kapav aksepte enn dimounn parey. Ou bizin dakor ek mwa’ (Finalement, si je comprends bien, Jenssy travaillait pour monsieur et madame Rungassamy avant. Elle a été grassement payée par eux. […] Et puis, elle quitte les Rungassamy et elle va travailler pour Freymond… […] Maintenant, si je comprends bien, elle va laisser tomber Freymond elle viendra de mon côté contre paiement […] Mais, c’est grave. Donc n’importe qui maintenant, n’importe quelle personne qui a un sens d’honnêteté ne peut accepter une personne pareille. Vous devez être d’accord avec moi).

Que répond donc Preetam Chuttoo? Tenez-vous bien ! Preetam Chuttoo déclare simplement, ‘Wi, mo pena enn issue de honnêteté ladan.’ (Oui, mais il ne s’agit pas d’un problème d’honnêteté dedans). Si un avoué, un homme de loi, avance qu’il n’en a cure de l’honnêteté, notre système va mal…très mal ! Il nous faut nous débarrasser de cette gangrène.

Enfin, une petite dernière pour la route…attachez bien votre ceinture. Ça va secouer ! Preetam Chuttoo avance à Ramen Sawmynaden que, ‘mo kapav fer li (Jenssy Sabapathee) zir enn afidavit. Ki, dan so afidavit, li mentione, li aksepte, li dir ki dapre so ban resers li trouve ki se Ramalingom Rungassamy ki…inn pran tou kas ki Freymond inn anvoye et ki li’nn pa trouv nanye kont ou. Et li pe dir mwa li mem dakor ki afidavit-la, si zame li (Éric Freymond) poursuiv ou, li pou vinn dibout temwin pou ou…pou vinn dir sa dan lakour.’ (Je peux la (Jenssy Sabapathee) faire jurer un affidavit. Que dans cet affidavit, elle mentionne qu’elle accepte que selon ses recherches, elle a clairement découvert que c’est Ramalingom Rungassamy qui a pris tout l’argent que Freymond a envoyé et qu’elle n’a aussi rien trouvé contre vous. Et elle m’a même appris qu’elle était d’accord de mentionner dans l’affidavit que si jamais il (Éric Freymond) ne venait vous poursuivre, elle apparaîtrait en tant que témoin pour vous…pour déclarer cela à la Cour).

Nous ne savons quoi vous dire tant ces paroles nous ont cloué le bec. Voyez-vous au loin là-bas…à l’horizon…l’éthique et la décence humaine ? En effet, elles s’éloignent…elles s’en vont !

Nous le savons bien…nous, mauriciens, nous sommes friands des séries télévisées. Que voilà une histoire avec tant de revirements et de quiproquos qu’elle mettrait n’importe quel télénovela au tapis.

Une chose est sure : c’est que nos autorités s’intéressent maintenant de très près à cette histoire et à tous ces acteurs mauriciens antipatriotiques qui, ayant vu là une poule aux œufs d’or en la personne d’Éric Freymond, s’accrochent désespérément à cette affaire, histoire de continuer à faire rêver leur client et toujours à l’affût du gain aux détriments d’innocents mauriciens !

Sollicité par Le Xournal, l’avoué Preetam Chuttoo n’a pas voulu répondre à nos questions. « Non, mo pa kapav fer oken deklarasion etan doner ki case-la lakour. Li sub judice », a-t-il dit.

Contacté, Ramen Sawmynaden a étė cette semaine-ci, injoignable.

Affaire à suivre.

Posted by on Oct 12 2021. Filed under Actualités, Economie, En Direct, Featured, Sci-Tech. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.