A l’aéroport…2,5 kilos d’héroïne détectés grâce au nouveau scanner de la MRA : un couple de Nigérien sous les verrous



Le nouveau scanner (whole body scanner) de la Mauritius Revenue Authority, installé récemment à l’aéroport international SSR, a déjà commencé à donner des résultats. Il a détecté son premier cas de drogue dissimilé dans le corps humain et a permis à l’arrestation de deux individus qui ont tenté de pénétrer le territoire avec plus de 2,5 kilos d’héroïne qui s’élève à plus de 37 millions. Le couple qui est arrivés à bord du vol KQ 270 en provenance de Nairobi du Kenya, le vendredi 22 avril, ont été traduits devant la justice dans l’après-midi de ce mardi 26 avril, sous une accusation provisoire d’importation de drogue.

Il s’agit d’un couple nigérian qui devait séjourner à Maurice pour une durée de 10 jours. Les deux suspects qui ont servi de mules pour transporter des boulettes d’héroïne dans l’estomac penser pouvoir déjouer la surveillance des policiers. Peter Chinonso NKemjika et de Justina Ngozi Obiabusi, de leurs noms respectifs, avaient avalés à eux deux, pas moins de 119 boulettes d’héroïne valant Rs 37,5 millions. L’homme de 38 ans, plombier de son état, avait 62 boulettes d’un poids de 1 418 g dans le corps. Alors que Justina Ngozi Obiabusi, une femme d’affaires de 45 ans, avait ingurgité 57 boulettes pesant 1 085 g.

Ils étaient sur le point de quitter le green channel quand les douaniers les ont interceptés. Soumis à une fouille au corps, une fouille de leurs bagages effectués plus tôt n’avaient rien donner de suspect. Mais lors d’un examen corporel, le whole body scanner a révélé la présence d’objets étrangers dans leurs corps. Les officiers de la Customs Anti-Narcotics Section de la MRA ont embarqué les deux suspects. L’affaire a été référée à la brigade anti-drogue de l’aéroport, qui a fait le nécessaire pour que les suspects purgent les 119 boulettes, après un examen médical.

Ce lundi 25 avril, un exercice de livraison contrôlé a été monté, pour appréhender le récipiendaire de cette cargaison. Les limiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit avait laissé Peter Chinonso NKemjika et Justina Ngozi Obiabusi se rendre au lieu de rendez-vous à bord d’un taxi. Selon les instructions de leur contact à l’étranger, ils devaient changer l’établissement où il devait  loger à Trou aux Biches pour se rendre dans un hôtel sis à Mahébourg, ce jour-là. Les policiers ont surveillé les suspects et les alentours mais cela n’a rien donné, et ceux qui ont commandé cette drogue n’ont pu être retracés jusqu’ici.

Les portables des suspects seront décryptés afin de trouver d’autres indices. En attendant, les Nigérians répondent d’une charge provisoire d’importation de drogue et ils ont comparu en cour de Mahébourg. La police a objecté à leur remise en liberté conditionnelle et ils sont retournés en cellule. L’enquête se poursuit.

 

 

Posted by on May 3 2022. Filed under En Direct, Faits Divers, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.