Liverpool tombe sur un os face à Manchester United



Expulsion : Dalot (90e+4)

Depuis le début de la saison, Liverpool tournait à 100% de victoires à Anfield. Avec plus de trois buts marqués, en moyenne. Mais ça, c’était avant que Manchester United ne vienne briser la série. Humiliés par Bournemouth samedi dernier (0-3) et éliminés de toute compétition européenne, les Red Devils n’arrivaient pourtant pas dans les meilleures dispositions. Ils ont néanmoins résisté aux 34 frappes, dont 8 cadrées, et 12 corners en faveur de leur adversaire. Une fois n’est pas coutume, les Mancuniens repartent donc d’Anfield sans avoir la joue rouge.

Corners Football Club

Les joueurs de Jürgen Klopp ont vite marqué leur territoire en s’appuyant sur un pressing ultra-agressif, et le coup franc botté par Kostas Tsimikas a mis le feu dans la surface mancunienne (2e). Poussés par quelque 57 000 supporters, une affluence jamais vue à Anfield depuis 1973 grâce à la livraison de leur nouvelle tribune, les Reds ont montré autant de volonté qu’ils ont manqué de justesse dans le camp adverse. En position idéale, plein axe et aux 25 mètres, l’artilleur Dominik Szoboszlai a ainsi raté sa cible en tirant au-dessus (11e). Luke Shaw a ensuite joué le pompier de service pour United, en coupant la remise de Darwin Núñez vers Ryan Gravenberch (16e) et en bloquant la frappe de Mohamed Salah (18e). Liverpool s’en est donc remis à ses nombreux corners (huit rien que dans la première demi-heure) pour se créer des occasions dignes de ce nom, et les géants ont répondu présent, le coup de tête de Virgil van Dijk poussant André Onana à la parade (28e). Ibrahima Konaté a lui aussi eu sa chance, mais n’a pas réussi à cadrer (36e). Privé de Bruno Fernandes, suspendu, Manchester United n’a frappé que deux fois au but dans ce premier acte à sens unique. Ni Antony, contré par Tsimikas (6e), ni Alejandro Garnacho, plus dangereux pour le public que pour Alisson (10e) n’ont cependant créé de frisson.

Balle au centre

La deuxième période a avancé sur le même rythme, avec par exemple Alexander-Arnold qui s’est infiltré dans la défense adverse et a trouvé l’extérieur du petit filet (47e). L’entrée de Joe Gomez a permis au Scouser de quitter son poste de latéral pour s’installer au milieu de terrain et prendre plus d’initiatives, un pari qui a failli payer lorsqu’il a refermé son pied aux 20 mètres pour une tentative juste à côté (66e). Manchester a fait le dos rond en jouant la carte du hold-up, et Garnacho a été repris in extremis par Alexander-Arnold dans la surface (55e). Toujours à la recherche de son premier but en Premier League, Rasmus Højlund a également vendangé une occasion en or en se heurtant à Alisson à la suite d’une belle remise de Scott McTominay (67e). Puis, Liverpool a relancé son travail de sape. Onana a donc dû repousser la frappe de Salah, qui avait bien fixé Raphaël Varane (70e), et Dalot a pris le relais en se jetant dans les pieds de Luis Diaz (76e). Konaté aurait aussi pu libérer Anfield, mais il a envoyé le ballon droit sur Onana (77e). Enfin, Michael Oliver n’a pas bronché sur la main de Luke Shaw dans la zone de vérité (85e). Le salut des Reds n’est pas venu non plus de Gomez, qui a tiré à côté (86e), ou de Gakpo, qui a placé sa tête au-dessus (90e+2). Malgré le deuxième jaune de Dalot, un peu trop véhément (90e+4), Manchester United a tenu bon et se rassure un peu avec ce point qui le situe à la septième place du championnat. Dans le camp d’en face, Liverpool cède la tête du championnat à Arsenal. Les Reds recevront justement les Gunners dans six jours, pour un choc au sommet. Si le Père Noël peut passer en avance, et nous offrir quelques buts…

Posted by on Dec 18 2023. Filed under Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.