Rétrospective politique 2023…Les tops et les flops de l’année



• L’Opposition « kassé ranzé »
• Le gouvernement plus solide que jamais
• Développements, progrès et satisfactions
Dans quelques jours, c’est la fin de l’année 2023. Avec certitude, nous affirmons une fois de plus ce que nous avons dit au début de l’année : « pas d’élections générale en 2023 ». Cela dit, comme chaque année, l’Opposition a prédit bon nombre de choses qui ne se sont jamais produites. Au contraire, le gouvernement a travaillé avec acharnement pour consolider sa position de « Caring & Daring » envers toute la population, sans exception. Que s’est-il passé sur le plan politique pendant l’année écoulée ? Nous vous faisons découvrir les tops et les flops de 2023 !
– Pravind : 1 élection, 2 victoires
Bien sûr, la date la plus importante du calendrier politique en 2023 a été le lundi 16 octobre. Tout le pays attendait avec impatience les retombées de l’appel devant le Privy Council de la pétition électorale de Suren Dayal, sur qui reposait tout l’espoir de l’Opposition. C’est vers 16 heures que le jugement a été rendu public en direct de Londres et à Maurice. Au Sun Trust, des milliers de Mauriciens s’étaient déplacés pour suivre l’événement. Le verdict confirme l’élection démocratique de Pravind Jugnauth et de ses deux colistiers, Leela Devi Dookhun-Luchoomun et Yogida Sawmynaden.

– Padayachy a osé protéger
Parmi les dates à retenir cette année, c’est le vendredi 2 juin. Pour son quatrième budget en tant que ministre des Finances, le Dr Renganaden Padayachy a osé protéger les plus démunis de la société mauricienne. Nous ne reviendrons pas sur toutes les mesures, mais nous gardons en tête le paiement d’une prime à l’emploi de Rs 15 000 pour promouvoir l’employabilité des femmes, l’introduction d’une Independence Allowance de Rs 20 000 pour les jeunes ayant atteint l’âge de 18 ans en 2022, le CSG Child Allowance de Rs 3 000 pour les parents d’enfants jusqu’à l’âge de 3 ans, l’augmentation de la pension de vieillesse à Rs 11 000, le CSG Income Allowance de Rs 2 000 par mois… En somme, le gouvernement était réellement soucieux du bien-être de toute la population.

– Salaire minimum garanti à Rs 17 000
Lorsque le pays a connu l’introduction du salaire minimum il y a quelques années, celui-ci était de Rs 9 000. Aujourd’hui, il a presque doublé ! Le vendredi 1er décembre, c’est le ministre du Travail Soodesh Callichurn qui a annoncé que le salaire minimum passait à Rs 15 000 et que le salaire minimum garanti passait à Rs 17 000 (+Rs 2 000 CSG).
– Compensation : du jamais-vu
Toujours dans sa philosophie de protéger la population, le gouvernement a rendu public le jeudi 7 décembre le montant de la compensation salariale pour 2024. Fait historique, pour la première fois dans l’histoire du pays, un gouvernement a proposé une compensation salariale entre Rs 1 500 et Rs 2 000 pour les employés ! Bien loin des Rs 360 perçus en 2014…
– La jeunesse envahit Port-Louis
Le samedi 12 août, le MSM a rassemblé les jeunes au Sun Trust pour marquer les célébrations de la Journée internationale de la jeunesse. Des milliers de jeunes ont répondu présent à l’appel des dirigeants du MSM, dont le Premier ministre. Une rencontre entre les jeunes et le Premier ministre qui a démontré que la jeunesse reconnaît les efforts du gouvernement pour leur offrir une meilleure qualité de vie.
– Chagos : Pravind Jugnauth ne lâche pas prise
Lors de son intervention à la 78ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) à New York le 2 octobre, le Premier ministre a exprimé la détermination de Maurice à réinstaller les citoyens Mauriciens, en particulier ceux d’origine Chagossienne, sur l’archipel.
– Maurice au sommet du G20
Maurice a eu le privilège, le vendredi 8 septembre, de participer en tant que pays invité aux réunions du G20, à l’invitation de l’Inde. Le sommet du G20 à New Delhi s’est tenu à un moment où le monde est confronté à des défis mondiaux sans précédent.
– Combat sans relâche contre la drogue
2023 a une fois de plus été marquée par le combat sans relâche du gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogue. Le Premier ministre a d’ailleurs lancé une campagne nationale visant surtout à sensibiliser les jeunes à la lutte contre la drogue le 9 août.
– La Financial Crimes Commission une réalité
C’est une date qui restera dans les annales ! Le mardi 19 décembre, le Financial Crimes Commission Bill a été voté au Parlement, ce qui permettra à la Financial Crimes Commission de voir le jour. Un vote au Parlement qui a suscité les débats les plus intenses sur le projet de loi qui vise pourtant à protéger le pays et les Mauriciens contre les maux des crimes financiers.
– Pravind Jugnauth redistribue les cartes
Le 30 août, à la surprise générale, le Premier ministre a procédé à une redistribution des cartes au sein de son équipe. Deux nouveaux ministres ont été nommés : Dorine Chukowry au Commerce et Anjiv Ramdany à la fonction publique. Vikash Nuckcheddy, Kenny Dhunoo, Sandra Mayotte et Subashnee Lutchmun-Roy deviennent PPS, Joanne Tour devient Deputy Chief Whip et Salim Abbas-Mamode est nommé au Public Accounts Committee quelques jours plus tard, le 11 septembre.
– Développements soutenus et continus…
En 2023, le pays a poursuivi son développement. Aux quatre coins du pays, des projets ont été réalisés pour améliorer la vie des Mauriciens. Nous avons vu au cours de l’année l’arrivée d’une nouvelle route reliant La Vigie à La Marie, une route qui se poursuivra jusqu’à Beaux-Songes et de là à Flic-en-Flac. Il y a eu la construction et l’inauguration du nouveau fly-Over qui remplace le rond-point de Quay D, de multiples lancements de projets de logements sociaux, la construction de drains dans les zones inondables… Le Metro Express, qui transporte des milliers de Mauriciens chaque jour, l’amélioration des gares routières, la modernisation des bus, la construction de cliniques médicales dans tout le pays, la construction de nouvelles routes, de passages supérieurs, l’amélioration des espaces verts et l’aménagement de salles de sport en plein air pour promouvoir une meilleure santé auprès de la population… tant de choses réalisées par le gouvernement, sans oublier le soutien financier aux plus démunis pour n’en citer que quelques exemples.
– Les flops
2023 a été une année fiasco pour l’Opposition qui a connu des déconvenues continues. Faisons d’abord le point sur les travaux parlementaires de cette année écoulée où l’Opposition s’est une nouvelle fois comportée de façon indigne et mesquine vis-à-vis du temple de la démocratie. Toujours les mêmes têtes qui sont souvent expulsées Paul Bérenger, Shakeel Mohamed, Arvind Boolell, Rajesh Bhagwan, Patrick Assirvaden. Ils ont également brillé par des Walk-Outs traditionnels. Le parlement a été transformé une fois de plus en cour de récréation par une opposition décousue et « fouter desordre » qui n’a plus aucun respect pour les institutions du pays. Et dire qu’ils sont les premiers à supposément dénoncer que la démocratie parlementaire serait bafouée mais quand on voit leur niveau d’insolence vis-à-vis du Speaker, on se pose des questions sur leurs véritables devoirs envers la démocratie parlementaire. Nous notons le langage ordurier de la jeune députée Joanna Bérenger à l’encontre des ministres, elle suit de près les traces de son père, Paul.
– L’Opposition « kassé ranzé »
Dès le début de l’année, nous avons assisté à des manigances de l’Opposition parlementaire du genre « manze pistass get cinema ». Il y a d’abord eu l’éclatement de l’Entente de l’Espoir avec l’auto-expulsion de Nando Bodha, qui ne voulait pas d’un rapprochement avec Navin Ramgoolam. Puis il y a eu le mariage entre Paul Bérenger, Xavier Duval et Navin Ramgoolam pour former un ménage à trois. Ensuite, il y a eu l’alliance entre le Reform Party et En Avant Moris, qui s’est finalement soldée par un divorce il y a quelques semaines, ainsi que l’alliance entre le Rassemblement Mauricien de Nando Bodha et Linion Pep Morisien de Valayden et ses associés. Cette dernière a même présenté sa formule magique avec un partage de pouvoir entre les deux leaders Bodha/Valayden.
– Les meetings désastres
L’alliance PTr-MMM-PMSD a sillonné presque toute l’île en 2023, commençant par Mare d’Albert en juillet. Il faut dire que les meetings de cette alliance ont été des catastrophes flagrantes. Il n’y a pas eu la grande foule attendue à aucun des meetings de cette alliance. Il est triste que Paul Bérenger termine sa carrière politique dans la pire des hontes, en alliance avec Navin Ramgoolam. L’histoire politique retiendra surtout que malgré la trahison d’avril 2014, feu Sir Anerood Jugnauth s’est battu malgré son âge avancé pour libérer son pays de l’emprise maléfique du duo Ramgoolam-Soornack. Et il a réussi ! Aujourd’hui, Paul Bérenger enfile une nouvelle fois son costume de traître pour essayer de nous vendre un produit périmé en Navin Ramgoolam, mais nous dirons au leader du PTr, prends garde Navin, celui qui a trahi, trahira !
– Un semblant de vivre ensemble
Paul Bérenger, Xavier Duval et Navin Ramgoolam doivent cesser leur cinéma. Déjà, pour le 1er mai, il n’y a pas eu de rassemblement commun des trois partis, ni la moindre conférence de presse ou message commun pour les travailleurs. La division s’est également illustrée dans les activités. À Pamplemousses et à Port-Louis, où le PTr a déposé des gerbes sur le samadhi de SSR et la mémoire de Guy Rozemond respectivement, aucun membre du MMM ni du PMSD n’était présent aux côtés du PTr. Parallèlement, à St-Jean, où le MMM a également déposé des gerbes sur les tombes des anciens tribuns du pays, aucun membre rouge et bleu n’était présent. Le PMSD a organisé un événement à Grand-Gaube pour marquer l’anniversaire du décès de Sir Gaëtan Duval. Un événement grandiose où de nombreux hommes politiques ont fait le déplacement, on note notamment la présence de Nando Bodha, leader du Rassemblement Morisien, Ivan Bibi, activiste-politicien proche du PTr, et bien sûr, le leader du PTr Navin Ramgoolam. Le MMM a brillé par son absence à cet événement.
– Lost : les disparus !
Connaissez-vous la série Lost, les disparus ? L’acteur principal dans cette adaptation locale n’est autre que le pseudo-sauveur Sherry Singh. Lui qui a lancé One Moris le 23 février a fait plus d’apparitions devant les tribunaux que sur sa plateforme politique. Il a préféré laisser sa place à Bruneau Laurette, qui lui aussi a disparu des radars. De plus, il y a eu des départs de cette plateforme en juillet, Anoop Goodary a claqué la porte de One Moris.
– Privy Council Again !
Nando Bodha a subi un revers juridique ! En effet, le Comité judiciaire du Conseil Privé du roi a rejeté, le 31 octobre dernier, l’appel du membre de l’Opposition contestant le renvoi des élections municipales. Le cas avait été logé le 7 juillet 2023.

Posted by on Jan 2 2024. Filed under Actualités, Economie, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.