Séisme politique en France: La gauche renverse le RN de Marine Lepen/Jordan Bardella



Le bloc de gauche a remporté 195 des 577 sièges au second tour des élections législatives anticipées en France, dont 182 pour le Nouveau Front populaire (NFP) et 13 divers gauche, selon les résultats définitifs du ministère de l’Intérieur.

Dans le détail, La France Insoumise a décroché 71 strapontins à l’Assemblée nationale, devant le Parti socialiste et ses 64 sièges, Les Ecologistes-EELV (33), le Parti communiste français (9) et d’autres formations de gauche, qui se répartissent les trois derniers sièges. Ce bloc de gauche a devancé le camp centriste, dont le compteur s’est arrêté à 174 sièges.

Le parti Ensemble du président Emmanuel Macron et ses alliés en prennent 168 à leur compte: 98 pour Renaissance, 34 pour le MoDem et 26 pour Horizons. Six sièges “divers centre” complètent ce bloc centriste. Le Rassemblement national (RN) allié aux Républicains d’Eric Ciotti suivent avec 143 députés, dont 126 provenant du parti dirigé par Marine Le Pen et Jordan Bardella, les 17 autres étant issus de l’alliance entre le parti d’extrême droite et les Républicains.

Les LR restés en dehors de ce rapprochement obtiennent 45 sièges, auxquels s’ajoutent 15 divers droite.

La grande majorité des membres du gouvernement qui étaient candidats au second tour des législatives ont assuré leur réélection. Parmi eux, Gabriel Attal, qui annoncera sa démission demain, a été réélu dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine. Il a promis de soumettre sa démission ce lundi comme Premier ministre au Président Emmanuel Macron. Ce dernier pourrait la refuser pour expédier les affaires courantes en attendant une clarification.

La députée de LFI Clémentine Autain a appelé dimanche soir les députés du NFP à se réunir lundi en assemblée plénière afin de proposer à Emmanuel Macron un premier ministre qui ne sera ni François Hollande ni Jean-Luc Mélenchon.

Mme Autain a dit estimer que le Front populaire, dans sa diversité, est en capacité de dire quel est le point d’équilibre qui permet de gouverner.

Du côté de la droite, Laurent Wauquiez, député des Républicains, a exclu la possibilité que son parti participe à une coalition , rejetant des combinaisons pour échafauder des majorités contre nature.

Le “en même temps” est mort ce soir et tous ceux qui voudront le prolonger dans le dos des électeurs seront discrédités demain, a-t-il ajouté.

Selon les plus récentes estimations de l’institut Ipsos, voici les projections en sièges :

  • La France insoumise : entre 73 et 80 sièges
  • Le Parti socialiste : entre 60 et 64 sièges
  • Les Écologistes : entre 33 et 36 sièges
  • Les communistes : entre 11 et 12 sièges
  • Camp présidentiel : entre 152 et 158 sièges
  • Le Rassemblement national et ses alliés : entre 124 et 128 sièges
  • Les Républicains alliés au RN : entre 14 et 17 sièges
  • Les Républicains : entre 63 et 67 sièges
  • Les candidats divers de la gauche (hors Nouveau Front populaire) : autour de 14 sièges
  • Les candidats classés « autres » : entre 9 et 10 sièges
  • Les candidats de l’Union des démocrates, les indépendants (UDI) ou les divers du centre : autour de 7 sièges

 

 

Les réactions


Le premier ministre espagnol salue le rejet de l’extrême droite

Le premier ministre espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, s’est félicité dimanche que la France et le Royaume-Uni aient opté pour un rejet de l’extrême droite et pour un engagement ferme en faveur de la gauche sociale.

L’Allemagne et la Pologne soulagées par la défaite du RN

Un responsable du parti social-démocrate du chancelier allemand Olaf Scholz a dit juger dimanche que le pire avait été évité avec le score décevant de l’extrême droite aux élections françaises, dont Emmanuel Macron ressort à ses yeux politiquement affaibli.

Le pire est évité, le RN ne peut pas constituer une majorité gouvernementale à l’issue des législatives, a déclaré au groupe de presse Funke le responsable des questions de politique étrangère du SPD, Nils Schmid.

Le président Macron est politiquement affaibli par ce scrutin, car son camp n’est arrivé que deuxième, derrière la gauche, en perdant un nombre élevé de sièges de député, a-t-il poursuivi.

Toutefois, en même temps, au vu de la situation incertaine quant à la possibilité de voir émerger une majorité parlementaire de la nouvelle Chambre des députés, il garde un rôle central.

La constitution d’un gouvernement va être compliquée, a ajouté M. Schmid, appelant les partis démocratiques français à faire preuve de flexibilité et de capacité de compromis.

Posted by on Jul 8 2024. Filed under Actualités, Economie, En Direct, Featured, Monde. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply

Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.